mis à jour le

Des Africains échangent des francs CFA, en décembre 2004. REUTERS/Thierry Gouegnon
Des Africains échangent des francs CFA, en décembre 2004. REUTERS/Thierry Gouegnon

Le Cameroun champion du monde de la corruption

Au Cameroun la corruption est de notoriété publique et son éradication une vieille rengaine politique. Pourtant, le premier rapport d’activité de la Commission nationale anti-corruption (Conac) n’en finit pas de faire des vagues. Il détaille les détournements de fonds au grand dam des agents de l'Etat cités.

Le Cameroun, «double champion du monde de la corruption» selon le classement de l’ONG Transparency International est loin d’être débarrassé de ce fléau. Et le rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac) qui fait le point sur les trois premières années d’activité de cette commission anti-corruption publique vient une nouvelle fois de le prouver.

«Si l'Etat venait à bout des pratiques de corruption actuellement en cours dans les services du ministère des Travaux publics, les ressources budgétaires qu'il investit dans la construction des routes seraient suffisantes pour construire trois fois plus de routes de mêmes longueurs et de mêmes consistances».

Cet extrait de l’investigation menée en 2010 par la Conac sur un important projet de construction routière à l’est du pays, la route Ayos-Bonis, est sans appel. Sur plusieurs pages, la commission détaille la connivence entre l’entreprise de construction «peu fiable» qui a remporté le marché et l’administration.

La représentation des détournements donne le vertige

Entre rallonges budgétaires, surfacturations et prestations fictives, le projet qui accuse plus de 2 ans de retard a coûté la bagatelle de plusieurs milliards de francs CFA de perte à l’Etat. Peu avare en formule imagée, la Conac note encore:

«Les volumes de terre que l'entreprise prétend avoir déplacés, s'ils étaient exacts, correspondraient à un cône d'une hauteur égale à celle du mont Cameroun sur une base circulaire de 50 mètres de diamètre.»

Quant au ministre des Travaux publics, il aurait agi unilatéralement selon le rapport, prenant seul certaines décisions, en dépit des règles en vigueur.

Autre dossier emblématique: le projet maïs. Près de 35% des subventions allouées par l’Etat aux paysans de la filière ont fait l’objet de détournements, explique la Conac, principalement au profit d’agents du ministère de l’Agriculture et d’organisations paysannes complices. Le ministère des Finances est également indexé comme une administration à «haute intensité de corruption» via ses nombreux agents du Trésor indélicats nommément cités. 

C’est donc un bilan sévère que dresse la Commission nationale anti-corruption tout au long de ce pavé de 300 pages, recommandant même l’ouverture d’informations judiciaires sur de hautes personnalités telle que Paul Atanga Nji, chargé de mission à la présidence de la République et président du Conseil national de la sécurité.

Réactions en chaîne

Depuis sa publication jeudi 17 novembre 2011, ce rapport défraie la chronique et les réactions se multiplient. Le ministre des Travaux publics s’est ainsi fendu d’un communiqué dès le lendemain. Bernard Messengue Avom explique ne pas avoir été amené «à s’expliquer sur les faits observés par cette mission, en violation du principe contradictoire en vigueur en pareille circonstance». Le ministre qui rejette les conclusions de la Conac annonce aussi un audit indépendant pour y voir plus clair.

Du côté de l’opposition politique qui dénonce inlassablement la corruption qui gangrène l’Etat, on ne se félicite pas franchement du travail de la Conac. Ka Wallah, la médiatique candidate aux présidentielles du Cameroon’s People Party demande avant tout la démission des ministres et responsables concernés ainsi que des poursuites pénales. Le Social democratic front (SDF) se refuse quant à lui à commenter l’événement.

«Ce rapport ne contient rien que nous n’ayons déjà dénoncé», explique Joshua Osih le numéro deux du principal parti d’opposition ajoutant que les mesures efficaces se font toujours attendre.

Pour l’ONG, Transparency International, les outils pour lutter contre la corruption sont pourtant à portée de main mais la volonté politique fait défaut. Maitre Charles Nguini, président de TI-Cameroun cite le fameux article 66 de la Constitution:

«L’article 66 de la Constitution a été mis en place depuis 1996 et prévoit la déclaration des biens et avoirs de hauts responsables (…). Quand on voit l’enrichissement insolent de beaucoup de nos dirigeants, nous comprenons qu’ils ne veulent pas de l’application de l’article 66.»

Parmi la société civile, certains émettent aussi des réserves. Bernard Njonga de l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (ACDIC) pourtant à l’origine de l’enquête sur le projet maïs, regrette le caractère partiel du travail de la Conac:

«35% des sommes allouées au projet maïs ont été détournés, alors pourquoi ne pas pousser l’enquête à d’autres projets du ministère de l’Agriculture qui subissent exactement le même sort?», s’interroge-t-il. Bernard Njonga juge par ailleurs irresponsable de «livrer ainsi des noms en pâture» si des poursuites judiciaires ne suivent pas.

Certains notent enfin que la Conac qui dépend directement de la Présidence de la République n’a pas jugé bon d’enquêter sur certaines affaires:

«La Conac n’a pas enquêté sur les biens présumés mal acquis du Président Biya, pas plus que sur des affaires mettant en cause des proches du président. Son investigation semble cibler des individus moins importants» explique Hilaire Kamga, une figure de la société civile en référence à l’affaire dite des biens mal acquis -la plainte en France d'une association pour «recel de détournements de fonds publics» visant le président camerounais et qui a conduit en novembre 2010 à l’ouverture d’une enquête préliminaire auprès du parquet de Paris.

La corruption dévoilée. Et après?

La Conac dont la mission d’investigation se borne à identifier les causes de la corruption et à proposer des mesures idoines aux autorités compétentes n’a pas vocation à poursuivre les personnes qu’elle incrimine. Seront-elles un jour inquiétées?

Au Cameroun, la lutte contre la corruption ne convainc pas. L’opération Epervier lancée en 2006 en même temps que la Conac est critiquée et taxée d’instrument politique. Si une dizaine de ministres ont été arrêtés pour des détournements de fonds, l’opinion publique retient surtout que d’autres personnalités citées dans des dossiers accablants continuent de vaquer à leurs occupations.

Pour l’heure, aucune réaction officielle n’a encore filtré de la présidence. Paul Biya, sous la pression des bailleurs de fonds a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille et a promis que la tâche se poursuivrait au cours de ce septennat, tenant visiblement à redorer le blason considérablement terni du pays en la matière. Dans les colonnes des journaux et les rues de la capitale politique, on parie déjà sur un prochain retour de l’Epervier planant au-dessus de la scène politique camerounaise.

Sarah Sakho

A lire aussi

Cameroun: l'impossible alternance

Cameroun: Président cherche ministres désespérément

Paul Biya, l'homme le plus puissant du monde?

Le Cameroun à l'épreuve de la mode révolutionnaire

Scléroses et anachronismes en République du Cameroun

Sarah Sakho

Sarah Sakho. Correspondante de RFI au Cameroun.

Ses derniers articles: Cameroun: la chasse aux sorcières fait rage  Sida: Comment les Camerounais luttent contre la stigmatisation?  La France a-t-elle tout fait pour retrouver Ange? 

biens mal acquis

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

Intégrité

Biens mal acquis: vous aussi, devenez un héros de la lutte contre la corruption

Biens mal acquis: vous aussi, devenez un héros de la lutte contre la corruption

corruption

AFP

Afrique du Sud: report du procès pour corruption de Julius Malema

Afrique du Sud: report du procès pour corruption de Julius Malema

AFP

En Ouganda, une application pour traquer la corruption

En Ouganda, une application pour traquer la corruption

AFP

Affaire Tomi: un ex-patron du GIGN, mis en examen pour corruption

Affaire Tomi: un ex-patron du GIGN, mis en examen pour corruption

élections

AFP

Egypte: élections législatives avant la fin mars 2015

Egypte: élections législatives avant la fin mars 2015

AFP

Libye: la Cour suprême invalide le Parlement issu des élections de juin (agence)

Libye: la Cour suprême invalide le Parlement issu des élections de juin (agence)

AFP

Burkina: fin de la réunion, transition d'un an, élections d'ici novembre 2015

Burkina: fin de la réunion, transition d'un an, élections d'ici novembre 2015