mis à jour le

Le demi-frère de Barack Obama, le 16 janvier 2013. TONY KARUMBA / AFP
Le demi-frère de Barack Obama, le 16 janvier 2013. TONY KARUMBA / AFP

Trump a invité le demi-frère kenyan d'Obama au dernier débat présidentiel

Le troisième et dernier débat télévisé de l'élection présidentielle américaine se tient mercredi 19 octobre entre Donald Trump et Hillary Clinton.

Barack Obama a beau être un président en fin de mandat, sa cote de popularité reste très élevée aux Etats-Unis. Un avis que ne partage cependant pas l'ensemble de sa famille. Son demi-frère, Malick Obama, qui vit au Kenya mais possède également la citoyenneté américaine a déjà annoncé sa volonté de voter pour le candidat républicain Donald Trump lors de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre. 

«Il a mon vote», a promis Malik Obama, cité par l’AFP. Le choix du demi-frère du président est motivé par un embrouillamini de raisons à la fois politiques et personnelles. «Trump est un mec vraiment cool, et je l’aime parce qu’il parle avec son cœur et qu’il a les pieds sur terre (…) Ce gars parle avec le cœur et vous pouvez voir qu’il est très honnête», a-t-il expliqué.

«Je suis très impatient de rencontrer Malik»

Une aubaine évidemment pour Donald Trump, à la traîne dans les derniers sondages, et qui tente tous les coups pour refaire son retard sur sa rivale Hillary Clinton. Le New York Post rapporte ainsi que Malik Obama assistera sur invitation du candidat républicain au troisième et dernier débat télévisé de l'élection présidentielle, qui se tiendra ce mercredi 19 octobre. 

«Je suis très impatient de rencontrer Malik. Il est une bien meilleure personne que son frère», a déclaré Donald Trump. Le candidat avait également posté un tweet où il se félicitait de ce choix. «Wow, le frère du président Obama, Malik, vient juste d'annoncer qu'il allait voter pour moi. Il a probablement été, comme tout le monde, mal traité par le président»

Vexé lors de la visite d'Obama

Le but de cette manoeuvre du milliardaire américain est de montrer qu'Hillary Clinton n'a même pas le soutien du demi-frère d'Obama. «Mais la présence de Malik pourrait également rappeler les racines kényanes d'Obama et agir facilement comme un retour de flamme. Trump avait en effet été l'un des plus ardents défenseurs de la théorie complotiste qui affirmait que le président Obama n'était pas né aux Etats-Unis, avant de faire du rétropédalage sur cette question», analyse le site Quartz

Malik Obama a rappelé plusieurs fois qu'il avait été déçu lors de la visite officielle de Barack Obama en juillet 2015 au Kenya. Le président ne s'était en effet pas déplacé dans le village de leur père commun. 

«Cette retenue pourrait (...) s’expliquer par le lien personnel qui unit le président au pays. Des Républicains, conscients du mythe de "fils de l’Afrique qui a atteint le summum du pouvoir" auquel on l'associe, auraient eu tôt fait d’en jouer (...) Des adversaires politiques, tels que Donald Trump, avaient accusé le candidat d’être né au Kenya et d’être de facto inéligible pour la présidentielle. Obama avait dû montrer son certificat de naissance d’Hawaï pour faire cesser le scandale», écrivaient nos confrères de Slate.fr en juillet 2015.  

De fausses accusations qui n'ont pas empêché Malik Obama de soutenir Donald Trump pour l'élection présidentielle du 8 novembre. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Au Kenya, des élèves bloquent les rues avec leurs bureaux et leurs chaises  Ebola est réapparu au Congo où le virus a causé la mort d'au moins une personne  Le Premier ministre algérien invite les femmes à battre leurs maris s'ils ne veulent pas voter 

Barack Obama

Etats-Unis

Dans la primaire républicaine, Ben Carson joue de ses origines africaines

Dans la primaire républicaine, Ben Carson joue de ses origines africaines

Au bout du fil

Quand Jacob Zuma ne raccroche pas son téléphone pour saluer Barack Obama

Quand Jacob Zuma ne raccroche pas son téléphone pour saluer Barack Obama

Politique

Obama moque les chefs d'Etats africains qui s'accrochent au pouvoir

Obama moque les chefs d'Etats africains qui s'accrochent au pouvoir

Etats-Unis

AFP

Centrafrique: les Etats-Unis sanctionnent deux chefs de milice

Centrafrique: les Etats-Unis sanctionnent deux chefs de milice

AFP

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Investiture

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains