mis à jour le

Des Pygmées dans le village de Mubambiro en 2006 en République démocratique du Congo. JOSE CENDON / AFP
Des Pygmées dans le village de Mubambiro en 2006 en République démocratique du Congo. JOSE CENDON / AFP

Comment une taxe illégale sur les chenilles a fait 20 morts au Congo

Un groupe d'hommes a essayé d'instaurer de manière illégale une taxe sur la récolte des chenilles consommées par les Pygmées en République démocratique du Congo.

Les chenilles sont depuis des millénaires une source d'alimentation pour les Pygmées qui peuplent les régions de forêts équatoriales sur le continent africain. Pour cette population – dont un rapport de la Banque mondiale en 2009 estime le nombre à 660.000 individus – souvent discriminée en Afrique centrale, la collecte des insectes est une ressource précieuse et gratuite. 

«Mais ce weekend, les mêmes chenilles qui ont aidé les Pygmées à survivre dans des forêts isolées sont la cause de leur mort», écrit le magazine Foreign Policy

Au moins 20 personnes ont en effet été tuées dans des affrontements qui avaient pour enjeu le contrôle de la collecte des chenilles. Selon l'AFP, des membres de l'ethnie des Bantous ont en effet tenté d'imposer une taxe sur la récolte des insectes dans une région de la République démocratique du Congo. Ce que les pygmées concernés ont refusé. Ce qui a déclenché une spirale de violence qui a notamment coûté la vie à 16 Pygmées.  

Une escalade de la violence

Un prêtre local a confié à l'AFP que, «les Pygmées croient qu'ils ont les mêmes droits comme citoyens que les autres. Ils refusent de payer une taxe illégale et ont tué deux membres de l'ethnie Luba en leur tirant dessus avec leurs arcs quand ils sont venus exiger un paiement». Deux autres Lubas, une ethnie qui appartient à la population bantoue, ont également été tués dans un acte de vengeance. 

À lire aussi: Pourquoi la population pygmée est la plus difficile à recenser d'Afrique

Les Pygmées sont exploités et marginalisés comme des citoyens de seconde zone depuis des années par des membres de la communauté bantoue, ajoute l'AFP. 

«C'est la seconde fois ces dernières années que l'escalade de violence entre les deux communautés a fait des victimes», note Foreign Policy. En 2013, après qu'un Bantou avait pris la femme d'un Pygmée pour maîtresse, les deux groupes s'étaient affrontés au cours d'une série d'attaques. Dans les deux années suivantes, ces violences avaient fait 200 morts et des milliers de déplacés dans les deux communautés. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

insectes

Miam

Les insectes sont le futur de l'alimentation humaine

Les insectes sont le futur de l'alimentation humaine

Djamila Ould Khettab

Manger des insectes pour ne pas mourir de faim

Manger des insectes pour ne pas mourir de faim

Actualités

Pour lutter contre la faim, l’ONU recommande des insectes

Pour lutter contre la faim, l’ONU recommande des insectes

Pygmées

Humanité

Pourquoi la population pygmée est la plus difficile à recenser d'Afrique

Pourquoi la population pygmée est la plus difficile à recenser d'Afrique

La vie est un combat

Une ex-star du MMA trouve sa rédemption aux côtés de pygmées

Une ex-star du MMA trouve sa rédemption aux côtés de pygmées

AFP

RDC: Meni Mbugha, le styliste qui s'inspire de l'art des Pygmées

RDC: Meni Mbugha, le styliste qui s'inspire de l'art des Pygmées