mis à jour le

Le Maroc, entre monarchie et réformes

Le Maroc, où des élections législatives ont lieu vendredi, est dirigé depuis 1999 par le roi Mohammed VI, qui a mis en oeuvre une politique de réforme et reste l'ultime arbitre dans le pays.

- 'Les années de plomb' -

En 1956, le Maroc sous protectorat français accède à l'indépendance.

A la mort du roi Mohammed V en 1961, son fils Hassan II lui succède. Son règne sera entaché par des violations des droits de l'Homme perpétrées durant les "années de plomb" (1960-1990).

En 1991, le bagne de Tazmamart (sud-est), où ont été internés des opposants, est détruit. En 1992, une réforme de la Constitution intègre le concept des droits de l'Homme.

En juillet 1999, Mohammed VI succède à son père, décédé après 38 ans de règne. Le descendant de la dynastie alaouite, qui règne sur le Maroc depuis le 17e siècle, va engager de nombreuses réformes pour moderniser son pays, tout en conservant de fortes prérogatives.

- Le conflit du Sahara Occidental -

Ce vaste territoire peuplé d'un demi-million d'habitants est une ex-colonie espagnole contrôlée depuis 1975 par le Maroc, qui le considère comme faisant partie intégrante du royaume.

Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, milite pour l'indépendance et réclame un référendum d'autodétermination, alors que Rabat propose comme solution une large autonomie sous sa souveraineté.

Seul territoire du continent africain dont le statut post-colonial n'a toujours pas été réglé, le conflit continue d'empoisonner les relations entre l'Algérie et le Maroc.

- Pôle touristique, mais baisse de fréquentation -

Le tourisme, secteur stratégique de l'économie, pèse pour 10% de la richesse nationale. Mais comme d'autres pays de la région, le Maroc souffre de la baisse de fréquentation des touristes étrangers, après des attentats meurtriers notamment en Tunisie et en Egypte.

Les deux principaux pôles touristiques restent Marrakech (centre) et Agadir, sur la côte Atlantique.

Les transferts financiers des Marocains résidant à l'étranger et l'exploitation des phosphates et de ses dérivés, notamment les engrais, sont aussi des secteurs-clés de l'économie.

L'agriculture reste de loin le premier contributeur du PIB.

- Ceuta et Melilla -

Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, dans le nord du Maroc, divisent depuis des années Rabat et Madrid.

Revendiquées par le Maroc, qui les considère comme parties intégrantes de son territoire national, les deux enclaves sont les seules portes d'accès terrestre à l'Europe pour l'immigration clandestine venue d'Afrique noire et du Maghreb.

- La COP-22 -

La prochaine Conférence mondiale sur le climat, dite COP-22, doit se tenir à Marrakech du 7 au 18 novembre. 

Elle doit se concentrer sur la mise en oeuvre de l'accord de Paris sur le climat, qui vise à contenir le réchauffement sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président  Génocide rwandais: la défense demande l'acquittement "pur et simple"  Mali: nouvel ajournement du procès du chef de l'ex-junte Amadou Sanogo 

monarchie

Potiche

Le vrai roi du Swaziland, c'est Coca-Cola

Le vrai roi du Swaziland, c'est Coca-Cola

La rédaction

Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD

Comment l’Algérie a-t-elle pu devenir une monarchie ? Par : Kamel DAOUD

Libertés

Mohammed VI a fait pire que son père

Mohammed VI a fait pire que son père

réformes

AFP

RDC: le Premier ministre veut amplifier les réformes économiques

RDC: le Premier ministre veut amplifier les réformes économiques

AFP

Togo: le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé

Togo: le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé

AFP

Tunisie: les "diplômés-chômeurs", symptôme d'une économie en manque de réformes

Tunisie: les "diplômés-chômeurs", symptôme d'une économie en manque de réformes