mis à jour le

Nigeria: faute d'électricité, le pays plonge dans l'obscurité

Balogun Shakirat se réveille en sursaut à 03h00 du matin. Aussitôt, elle met en marche sa machine à coudre dans son petit atelier niché dans un quartier populaire de Lagos. Il n'y a pas une seconde à perdre: l'électricité est revenue.

En temps normal déjà, le Nigeria, avec ses 170 millions d'habitants, a une consommation énergétique parmi les plus faibles au monde (155 kWh/hab). Mais il traverse actuellement un tunnel encore plus sombre, oscillant depuis plusieurs mois à une capacité de production de 1.500 à 4.000 MW, selon le principal fournisseur d'électricité, la Nigeria electrity system operator. 

En comparaison, l'Afrique du Sud, pays trois fois moins peuplé - à qui le Nigeria a dû céder sa place de première économie du continent en juillet - produit 45.000 MW. Il faudrait 8 à 9.000 MW à Lagos, capitale économique du pays et d'Afrique de l'ouest, pour fonctionner a minima. 

Mais la mégalopole ne reçoit que 10% de ses besoins et ses 20 millions d'habitants se débrouillent comme ils le peuvent: à coups de transformateurs ultra-perfectionnés pour les plus riches ou de générateurs à diesel pour les moins pauvres. 

Dans le marché d'Obalende à Lagos, des dizaines de fils électriques s'entremêlent autour des poteaux en bois, tissant des toiles d'araignées gigantesques. 

Ferrailleur, Abiodun Bolanle soude les poteaux de foot dans le vacarme assourdissant de son générateur. Le bruit ne le dérange plus, dit-il à l'AFP. Il a "l'habitude".

Cela fait 12 heures que le "gen" tourne en continu, soit 1.500 nairas (4 euros) de diesel en moins pour la journée de travail. 

Balogun, la jeune couturière, n'a pas assez d'argent pour acheter du "fuel". Alors, quand l'électricité a sauté à nouveau à 06h00 du matin, elle a dû tout arrêter. "Pas de lumière de toute la journée !", proteste-t-elle.

Elle coud quelques bérets traditionnels yoruba à l'aiguille en attendant la nuit. "C'est là que Nepa fournit de l'électricité ces jours-ci", dit-elle. 

Nepa (National electricity provider authority), est l'ancien nom du fournisseur national d'électricité. Mais dans le langage courant, il est resté un personnage imaginaire. Une sorte de fée électricité, en version maléfique. 

"Avant, je gagnais environ 30.000 nairas par semaine", 85 euros, raconte Melle Shakirat. "Maintenant qu'il n'y a plus Nepa, c'est 15.000, 10.000 même. Ca a commencé en avril".

Le mois d'avril correspond aux premières grandes attaques des Vengeurs du Delta (NDA), un groupe rebelle aux velléités indépendantistes, qui font régulièrement sauter des installations pétrolières et gazières stratégiques dans le sud du pays. 

Lundi, le géant Shell a coupé les vannes du Trans Niger Pipeline, qui approvisionne la centrale électrique Afam VI. Aucun groupe armé n'a revendiqué ce sabotage mais, la semaine précédente, les NDA ont fait exploser un autre gazoduc, Bonny, crucial pour la production énergétique du pays, alimentée à 75% au gaz. 

- De l'eldorado au désenchantement -

"Le Nigeria pourrait bientôt être plongé dans le noir", a prévenu Dallas Peavy, directeur d'Egbin Power, la plus grande centrale électrique du pays, accusant directement la politique du gouvernement nigérian. 

Profitant de la libéralisation du secteur en 2013, de nombreux acteurs sont venus investir au Nigeria, eldorado de tous les possibles. 

Mais trois ans plus tard, le prix du baril de pétrole a chuté (75% des recettes de l'Etat), le pays est étranglé par une pénurie de devises étrangères et les turbines d'Egbin ne fonctionnent qu'à 30% de leur capacité à cause des attaques dans le Delta. 

"Le gouvernement nous doit plus de 86 milliards de nairas (250 millions d'euros). Nous produisons de l'électricité mais n'avons pas été payés depuis 6 mois", assure M. Peavy, dans une interview publiée dans un quotidien local au début du mois. 

Le ministre de l'Energie, Babatunde Fashola, a tenté de rassurer les investisseurs, mardi lors d'un grand rassemblement avec les acteurs du secteur, rappelant que le directeur de la Banque africaine de développement (BAD) s'est engagé en début de semaine à prêter 4,1 milliards de dollars au Nigeria, notamment pour financer ses projets énergétiques.  

"Nous payerons nos dettes. Les dirigeants ne doivent pas céder à la panique", a martelé le ministre. Mais aussitôt, dans le hall de conférence du plus prestigieux hôtel de Lagos, l'électricité a sauté... 

"Il faut développer le solaire", martèle Dolapo Oni, conseiller en énergie pour Ecobank Group. "Le gouvernement investit dans ce sens, mais ça prendra trois, quatre ans à mettre en place".

Selon l'analyste, "pour payer ses dettes, l'Etat n'a pas d'autre choix que d'augmenter le prix de l'électricité. Il doit aussi punir ceux qui ne paient pas leur facture. Mais politiquement, c'est difficile et les gens ne veulent pas payer pour un service qu'ils ne reçoivent pas...". Et de conclure, dépité: "en fait, c'est du grand n'importe quoi". 

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

pays

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

AFP

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique