mis à jour le

Ali Bongo fait un selfie avec une fan à Libreville, le 27 août 2016. MARCO LONGARI / AFP
Ali Bongo fait un selfie avec une fan à Libreville, le 27 août 2016. MARCO LONGARI / AFP

L'immense solitude d'Ali Bongo lors de sa cérémonie d'investiture

Le président du Gabon, réélu à l'issue d'un scrutin très contesté, est désormais isolé sur la scène internationale.

Il l'a bien cherché. Ali Bongo Ondimba, réélu à la présidence du Gabon après une élection très présidentielle très contestée, a prêté serment mardi 27 septembre lors de la cérémonie d'investiture. Pour en arriver là, le fils d'Omar Bongo, qui avait lui-même dirigé le pays d'une poigne de fer de 1967 à 2009, n'a pas lésiné sur le bourrage des urnes en réalisant un score de plus de 95% dans son fief du Haut-Ogooué doublé d'une participation de 99%, alors qu'il arrivait nettement derrière son adversaire Jean Ping partout ailleurs dans le pays. 

À lire aussi: L'élection contestée au Gabon se joue aussi sur Wikipédia

Résultat, la population a manifesté à Libreville et à Port-Gentil, les deux grandes villes du pays. Mais le régime d'Ali Bongo a réprimé dans le sang toute contestation. C'est finalement la Cour constitutionnelle qui a eu le dernier mot dans cette crise politique, en validant la réélection d'Ali Bongo. Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour, fut naguère la maîtresse d'Omar Bongo. 

La France absente

C'est donc un mois tout pile après la tenue de l'élection, le 27 août, qu'Ali Bongo a prêté serment pour un second mandat. Un évènement qui a mis en relief son isolement sur la scène diplomatique. Comme l'a observé le magazine Jeune Afrique, seuls quatre chefs d'Etat africains ce sont déplacés pour assister à la cérémonie: il s'agit du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, du Togolais Faure Gnassingbé, du Nigérien Mahamadou Isssoufou et du tout récent président de São Tomé-et-Príncipe, Evaristo Carvalho. Ils étaient une dizaine lors de sa première élection en 2009. 

Surtout, la France et les Etats-Unis, deux acteurs influents dans la région, ont boudé Ali Bongo en envoyant uniquement leurs ambassadeurs pour l'évènement. Paris n'a pas même envoyé un ministre pour représenter le président François Hollande. Avant même les premiers résultats du scrutin présidentiel, le Parti socialiste avait annoncé espérer une alternance démocratique à Libreville

Selon la correspondante de l'AFP sur place, le Tchad, le Congo, le Marco et le Sénégal ont eux envoyé leur Premier ministre à la cérémonie d'investiture d'Ali Bongo. Une manière de lui dire qu'il n'est plus en odeur de sainteté sur le continent. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Ali Bongo

Election présidentielle

Au Gabon, Jean Ping n'a pas abandonné son combat contre le régime

Au Gabon, Jean Ping n'a pas abandonné son combat contre le régime

Ali Bongo

Le Gabon s'est résigné à attendre la prochaine élection présidentielle

Le Gabon s'est résigné à attendre la prochaine élection présidentielle

Gabon

L'étrange histoire des deux hackers manipulés par Ali Bongo

L'étrange histoire des deux hackers manipulés par Ali Bongo

Jean Ping

Crise politique

Le Gabon est au bord de l'effondrement

Le Gabon est au bord de l'effondrement

Corruption

Comment la normalisation du pillage des ressources a détruit le Gabon

Comment la normalisation du pillage des ressources a détruit le Gabon

Election présidentielle

PHOTOS. Les tumultueuses heures post-électorales du Gabon

PHOTOS. Les tumultueuses heures post-électorales du Gabon