mis à jour le

Afrique du Sud: manifestations sur des campus contre la hausse des frais universitaires

La police sud-africaine a tiré des grenades assourdissantes mardi à Johannesburg pour disperser des étudiants en colère à la suite du feu vert la veille du gouvernement d'augmenter les frais universitaires en 2017.

En 2015 déjà, la hausse des frais de scolarité avait mis le feu à de nombreux campus de l'Afrique du Sud, et contraint le gouvernement de geler l'augmentation pour 2016. 

Mardi, des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes universitaires, notamment à Johannesburg et au Cap.

Les étudiants en colère dénoncent la recommandation, faite lundi par le gouvernement, d'augmenter en 2017 les frais universitaires et de la limiter à 8% maximum. 

"Il s'agit de notre avenir. Si on ne participe pas à ces manifestations, nos enfants auront à sa battre pour la même chose", a expliqué Monica Ndlovu, étudiante de 20 ans à l'université de Wits à Johannesburg. 

"On risque d'être arrêtés, (...) et même de se faire tirer dessus. J'espère que ça en vaudra la peine", a-t-elle ajouté à l'AFP.

"C'est très triste que nous ayons à nous battre au lieu d'apprendre. Notre gouvernement nous a laissés tomber. On ne peut pas payer les frais, même cette année où il n'y a pas eu d'augmentation", a affirmé Neo Tango, 19 ans.

La police a eu recours mardi à des grenades assourdissantes pour dégager une rue de Johannesburg bloquée par des manifestants, selon des images retransmises à la télévision. 

Trente-et-une personnes arrêtées pour avoir interdit l'accès au campus ont été libérées, ont rapporté les médias locaux. 

Selon l'université de Wits, "environ 200 étudiants se déplacent en petits groupes de campus en campus pour perturber les cours (...) et intimider les élèves". "Nous déployons la police et des gardes de sécurité", a prévenu l'université.

Les cours étaient par ailleurs suspendus mardi dans plusieurs universités, dont celles du Cap et du Free State à Bloemfontein (centre).

"Je suis très inquiet" de l'agitation dans les universités, a réagi le ministre de l'Enseignement supérieur Blade Nzimande, sur la radio 702.

"Les étudiants ont le droit de manifester, mais il n'y pas de raison maintenant de le faire", a-t-il estimé. "Je n'aime pas que la police soit dans nos universités; Ca me rappelle la période terrible de l'apartheid" qui a pris fin officiellement en 1994, a-t-il ajouté.

Le ministère de l'Enseignement supérieur s'est engagé lundi à prendre à sa charge l'augmentation des frais pour les étudiants les plus défavorisés. Mais les manifestants réclament l'éducation gratuite pour tous.

AFP

Ses derniers articles: Le village natal de Mugabe en deuil de l'enfant du pays  Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves  Niger: trois militants innocentés après une manifestation violente 

Afrique

AFP

Macron en Afrique la semaine prochaine pour présenter sa politique africaine

Macron en Afrique la semaine prochaine pour présenter sa politique africaine

AFP

Afrique du Sud: la peine d'Oscar Pistorius plus que doublée en appel

Afrique du Sud: la peine d'Oscar Pistorius plus que doublée en appel

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

campus

AFP

La tension persiste sur le campus de Lomé malgré la libération d'étudiants

La tension persiste sur le campus de Lomé malgré la libération d'étudiants

AFP

Nigeria: trois personnes tuées dans un attentat suicide sur un campus du nord-est

Nigeria: trois personnes tuées dans un attentat suicide sur un campus du nord-est

AFP

Afrique du Sud: manifestations violentes sur les campus

Afrique du Sud: manifestations violentes sur les campus

manifestations

AFP

Guinée: un mort lors de manifestations d'élèves contre la situation dans l'éducation

Guinée: un mort lors de manifestations d'élèves contre la situation dans l'éducation

AFP

Erythrée: manifestations et coups de feu mardi dans les rues d'Asmara

Erythrée: manifestations et coups de feu mardi dans les rues d'Asmara

AFP

Togo: l'opposition appelle

Togo: l'opposition appelle