mis à jour le

Niger: plus de 4,5 millions d'euros versés

L'Etat nigérien verse chaque mois plus de 3 milliards de FCFA (4.573.470 euros) à 2.565 enseignants "fictifs" dans cinq des huit régions du Niger, a révélé lundi la Halcia, l'organe gouvernemental de lutte contre la corruption. 

"Ce sont plus de trois milliards de FCFA que l'Etat verse chaque mois à ces enseignants sur seulement cinq des huit régions du pays", a indiqué Salissou Oubandoma, vice-président de la Haute Autorité de lutte contre la corruption et infractions assimilées (Halcia) qui a publié les "résultats provisoires" d'une enquête diligentée en juin par le gouvernement. 

Ces enseignants sont composés de "contractuels":  "1.917 qui n'existent pas du tout" sur les listes officielles d'émargement et "648" qui y figurent "deux ou trois fois", a expliqué Salissou Oubandoma à la télévision publique. 

Au cours de cette enquête, "70.000 enseignants ont été passés au peigne fin" dans la capitale, à Dosso (sud-ouest), Agadez (nord), Diffa et Tahoua (ouest), a-t-il indiqué. 

L'enquête a été menée "école par école" par des gendarmes et des civils. Les résultats des régions de Zinder (centre), Maradi (centre-sud) et Tillabéri (ouest) seront divulgués prochainement, a-t-il assuré. 

Selon les syndicats, les agents "contractuels" représentent environ "80%" du corps des enseignants du pays. 

Faute de budgets conséquents pour recruter des enseignants titulaires, les autorités font appel depuis une dizaine d'années à des "contractuels", souvent sans aucune formation, pour dispenser des cours dans le primaire, le secondaire et dans les écoles professionnelles. 

A titre de rénumération, un "contractuel" reçoit "un pécule mensuel de 75.000 à 100.000 FCFA" (114 à 152 euros), a dit M. Oubandoma. Globalement, l'Etat nigérien débloque quelque "7 milliards de FCFA" pour la seule rémunération des "contractuels" de l'éducation, a-t-il noté. 

A ce jour, les autorités "ignorent jusqu'au nombre exact de contractuels et les sommes qui leur sont précisément consacrées", a confié à l'AFP un responsable d'une institution financière internationale. 

Les autorités "soupçonnent" des fonctionnaires de tenir "des listes parallèles" pour "détourner de l'argent" alloué aux enseignants, selon ce responsable. 

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: nouvelles violences  RDCongo: l'opposition dévoile son plan pour "le départ de Kabila"  Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030 

enseignants

AFP

Congo: les enseignants observent trois journées "université morte"

Congo: les enseignants observent trois journées "université morte"

AFP

Niger: 7 millions d'euros payés par an

Niger: 7 millions d'euros payés par an

AFP

Gabon: enseignants ulcérés, lycéens en colère, l'école en ébullition

Gabon: enseignants ulcérés, lycéens en colère, l'école en ébullition