mis à jour le

Burkina: les victimes du putsch raté de 2015 boycottent les cérémonies officielles

Les blessés et les parents des victimes du coup d'Etat manqué de septembre 2015 au Burkina Faso ont boycotté vendredi les cérémonies officielles organisées par le gouvernement pour le premier anniversaire de ce putsch raté, a constaté l'AFP.

Ils protestent contre les lenteurs de la justice à poursuivre les auteurs du putsch, et se disent en colère de ne pas avoir été suffisamment consultés pour l'organisation des cérémonies officielles.

Ils ont refusé de se rendre à la primature, où selon le programme officiel le Premier ministre Paul Kaba Thiéba devait les rencontrer en début d'après-midi, a constaté un journaliste de l'AFP.

"C'est par le sacrifice de nos parents que vous êtes parvenus où vous êtes et aujourd'hui vous nous traitez comme des moins que rien", a lancé un homme d'environ 40 ans à l'endroit des officiels qui s'apprêtaient à quitter le cimetière dee Goughin (à l'ouest de la capitale), où le Premier ministre Thiéba, tout son gouvernement et de nombreux officiels dont des leaders de partis politiques et d'associations de la société civile à la pointe des manifestations contre le putsch étaient venus commémorer l'événement.

putsch

AFP

Niger: 15

Niger: 15

AFP

Niger: procès le 23 janvier de militaires impliqués dans un putsch présumé en 2015

Niger: procès le 23 janvier de militaires impliqués dans un putsch présumé en 2015

AFP

Putsch manqué au Burkina: le général Diendéré poursuivi pour attentat

Putsch manqué au Burkina: le général Diendéré poursuivi pour attentat

victimes

AFP

Centrafrique: les bébés, premières victimes du désert médical

Centrafrique: les bébés, premières victimes du désert médical

AFP

Pension pour les victimes algériennes de la guerre d'Algérie: peu d'écho

Pension pour les victimes algériennes de la guerre d'Algérie: peu d'écho

AFP

L'ONU demande un milliard de dollars pour les victimes de Boko Haram au Nigeria

L'ONU demande un milliard de dollars pour les victimes de Boko Haram au Nigeria