mis à jour le

Les coupes de cheveux afro sont considérées comme «pas assez soignées» selon les étudiantes. Steven Depolo / Flickr
Les coupes de cheveux afro sont considérées comme «pas assez soignées» selon les étudiantes. Steven Depolo / Flickr

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Des professeurs d'un lycée ont demandé à des étudiantes de lisser leurs coupes afros. C'est loin d'être la seule manifestation du racisme dans cet établissement.

Plus de vingt ans après la fin officielle de l'apartheid, le racisme est toujours bien ancré dans la société sud-africaine. Jusqu'à la racine des cheveux crépus des femmes noires. Car c'est entre autres à cause des discriminations liées à leur coupe que les élèves de la prestigieuse Pretoria High School for Girls manifestent depuis vendredi 26 août. «J’ai une coupe afro naturelle, mais un professeur m’a dit que je devais les coiffer parce que ça ressemblait à un nid d’oiseau», a raconté une élève au directeur éducatif de la province, reprise par Quartz. Une élève a même révélé que sa mère l'avait forcé à se couper les cheveux pour éviter d'avoir des problèmes à l'école.

«Quoi, tout ça, c'est à cause d'une école qui demande aux jeunes filles de lisser leurs cheveux parce que leurs afros ne sont pas soignées ?»

Officiellement, le code de conduite de l'école exige simplement que les tresses, les dreadlocks et les nattes ne dépassent pas 10mm de diamètre. Mais, selon les élèves, les coupes afro sont visées lorsque la règle précise que «toutes les coupes doivent être coiffées, traditionnelles, propres et en accord avec l'uniforme scolaire.» C'est loin d'être la seule manifestation du racisme dans l'école de Pretoria: les étudiantes ont également subi des pressions pour éviter de parler dans leurs langues sud-africaines, vues comme des «bruits bizarres».

À lire aussi: En Australie, les migrants africains font face au racisme

Pire, dans un établissement autrefois réservé aux Blancs, certains ont exigé qu'elles retournent dans les écoles des townships noirs de la ville car elles étaient trop noires pour réussir. Trop, c'est trop, pour les étudiantes, et même des élèves de 14 ans qui ont manifesté toutes en noir, à l'image des Black Panthers. «Nous voulions montrer que nous en avions assez de la bigoterie et du racisme auxquels nous faisons face à l'école», explique une étudiante à Al Jazeera

 

Les familles pauvres obligées de fréquenter l'école privée

Très vite, une pétition en ligne qui a été lancée pour soutenir les étudiantes noires a rassemblé presque 20.000 signatures lundi 28 août. Panyaza Lesufi, le ministre de l'éducation de la province de Gauteng s'est rendu sur place pour discuter avec les étudiantes et le personnel éducatif. «Je voudrais vraiment arrêter la situation avant qu'elle dégénère», a-t-il déclaré, repris par le Guardian. Yvonne Raphael, militante des droits des femmes et des jeunes filles, a réclamé que toutes les écoles changent leur politique. En Afrique du Sud, les familles pauvres sont forcées d'inscrire leurs enfants dans des écoles privées, à cause de la mauvaise qualité d'enseignement des écoles publiques. «C'est une honte, a-t-elle expliqué à Al Jazeera. Vingt ans après l'arrivée de la démocratie, nos enfants continuent à souffrir du racisme, mais cette fois c'est nous qui payons pour qu'elles en soient victimes.»

«Ratage en Afrique du Sud. L'école de Pretoria force les jeunes Africaines à se lisser les cheveux chimiquement depuis des années, et les gens commencent seulement à se plaindre maintenant?»

«Nos écoles dévaluent notre couleur de peau et préfèrent nous contenir plutôt que nous entretenir, écrit Malaika Eyoh, étudiante en dernière année, dans une tribune du Daily Vox. Les incidents racistes entre les étudiants et les membres éducatifs sont courants, tout comme le fait de les balayer sous le tapis.»

Paul Verdeau

Journaliste à Slate Afrique. 

Ses derniers articles: À Paris, la diaspora gabonaise évacue sa colère et sa peur  Au Gabon, la victoire contestée d'Ali Bongo stigmatise le Haut-Ogooué  Comment le chef de la police israélienne justifie les contrôles fréquents des Juifs éthiopiens 

Apartheid

Racisme

Une juge sud-africaine fait scandale en affirmant que «le viol fait partie de la culture noire»

Une juge sud-africaine fait scandale en affirmant que «le viol fait partie de la culture noire»

Dans votre casque

Ecoutez en avant-première le nouvel album du groupe sud-africain DOOKOOM

Ecoutez en avant-première le nouvel album du groupe sud-africain DOOKOOM

Parcs de la paix

Dans les parcs sud-africains, la guerre anti-braconnage a des relents d'apartheid

Dans les parcs sud-africains, la guerre anti-braconnage a des relents d'apartheid

histoire

JO 1960

Le jour où un Éthiopien a marché sur Rome et renversé le cours de l'histoire

Le jour où un Éthiopien a marché sur Rome et renversé le cours de l'histoire

AFP

Avec le "rhinocéros en or", l'Afrique du Sud redécouvre son histoire

Avec le "rhinocéros en or", l'Afrique du Sud redécouvre son histoire

Archéologie

Des millions de chiens momifiés découverts dans des catacombes en Egypte

Des millions de chiens momifiés découverts dans des catacombes en Egypte

mode

AFP

Les Libériens délaissent la mode occidentale pour se saper

Les Libériens délaissent la mode occidentale pour se saper

AFP

Au Togo, la tradition ancestrales des perles revient

Au Togo, la tradition ancestrales des perles revient

AFP

La rupture du jeûne

La rupture du jeûne