mis à jour le

De l'ivoire saisi à des trafiquants à Hong-Kong. PHILIPPE LOPEZ / AFP
De l'ivoire saisi à des trafiquants à Hong-Kong. PHILIPPE LOPEZ / AFP

Comment la Chine et le Vietnam nourrissent le braconnage

Les deux pays ont intensifié leur lutte contre l'importation d'ivoire illégal, mais des failles dans la législation profitent toujours aux trafiquants.

Le Vietnam, déjà très demandeur en cornes de rhinocéros, s’impose aujourd’hui comme un marché en pleine expansion pour le commerce illégal de l’ivoire. La quantité d’ivoire proposée à la vente dans ce pays a ainsi augmenté de plus de 600 % ces huit dernières années, selon une nouvelle étude conduite par deux chercheurs spécialisés, Lucy Vigne et Esmond Martin.

Le Vietnam est membre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), qui interdit le commerce international de l’ivoire. Mais des failles dans sa législation nationale permettent de continuer à vendre l’ivoire acquis avant l’introduction, en 1992, de lois interdisant ce commerce.

Lucy Vigne et Esmond Martin ont ainsi répertorié 242 boutiques proposant ouvertement quelque 16.099 pièces d’ivoire à Ho-Chi-Minh-Ville, Buôn Ma Thuôt ainsi que dans des villages situés dans le nord du pays, tout près de la frontière chinoise. L’ivoire proposé se présente majoritairement sous forme de petites sculptures et autres pièces travaillées. L’ivoire brute ne fait, elle, pas partie de cette marchandise qui alimente la demande chinoise.

À lire aussi: Le braconnage en Afrique est encore plus violent qu’on ne le croit

Les actions menées en Chine contre la vente illégale d’ivoire et les promesses de Pékin pour réduire ce commerce à l’intérieur de ses frontières expliquent en grande partie ce boom du marché vietnamien. Les deux chercheurs ont accumulé nombre de preuves – recueillant les témoignages d’officiels, de sculpteurs et d’enquêteurs – leur permettant d’affirmer que le Vietnam était devenu la voie d’accès principale pour la contrebande d’ivoire et d’autres produits issus de la faune à destination de la Chine.

Une situation renforcée par un manque de coopération entre les organismes chargés de l’application des lois, la porosité des 700 km de frontière entre la Chine et le Vietnam, ainsi que le boom du commerce illégal d’espèces sauvages via Internet en Chine.

Pékin durcit le ton

La Chine a récemment multiplié les actions pour apparaître comme un pays en lutte contre le commerce illégal d’ivoire. Ceci fait suite à une pluie de critiques au niveau international concernant l’explosion de la demande chinoise depuis la fin du siècle dernier. Un insatiable appétit qui condamne entre 20.000 et 30.000 éléphants tués illégalement chaque année. Pékin a en conséquence pris des mesures pour décourager et punir les individus qui se livraient à la contrebande ou à la transformation d’ivoire en provenance d’Afrique.

L’an passé, les autorités chinoises ont ainsi annoncé une interdiction de 12 mois frappant les importations d’ivoire sculpté et de défenses. Le gouvernement a également interdit l’entrée sur son territoire de cette matière sous forme de trophées de chasse. C’est en effet la seule manière d’importer légalement de l’ivoire brut après 1989, année au cours de laquelle la CITES vota en faveur de l’interdiction du commerce de l’ivoire pour ses membres. Les moratoires sur l’ivoire sculpté et les trophées de chasse furent ensuite prolongés jusqu’en 2020.

En 2014, la Chine a également détruit plus de 6 tonnes d’ivoire; et lors de sa visite au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba (Éthiopie) la même année, le premier ministre chinois Li Keqiang a promis une aide de 10 millions de dollars pour aider à lutter contre le braconnage. En septembre 2015, au cours d’un voyage officiel aux États-Unis, les présidents chinois et américain, Xi Jinping et Barack Obama, ont affiché leur volonté de combattre le trafic d’ivoire.

Lors d’une spectaculaire opération menée en janvier 2014, Pékin a détruit plus de 6 tonnes d’ivoire. Fred Dufour/AFP

Cette attitude plus ferme de la Chine – qui s’est également concrétisée par des contrôles plus stricts dans les ports et les aéroports – a contribué à l’essor de ce commerce au Vietnam. L’ivoire y arrive sous forme de petites défenses pesant de 1 à 3 kilos et de morceaux extraits de défenses. Les prix vont de 889 à 1.334 dollars le kilo.

Le prix actuel de l’ivoire brut en Chine dépasse les 1.000 dollars. Mais la majorité des ventes dans ce pays ne concerne pas ce type d’ivoire, et bien plutôt celle qui est déjà travaillée. Lucy Vigne et Esmond Martin ont ainsi pu établir pour la première fois grâce à leurs travaux sur le terrain que:

«De toutes les industries de l’ivoire en Asie, ce sont les sculpteurs vietnamiens qui ont vu leur nombre et leur production d’objets élaborés à partir d’ivoire illégale s’accroître le plus rapidement depuis 2008.»

Ces objets sont ensuite acheminés via les acheteurs dont les sacs sont rarement contrôlés lors du passage de la frontière entre le Vietnam et la Chine.

Des prix en baisse

Cette situation intervient dans un contexte de chute des prix de l’ivoire. Selon les chercheurs, à la fin de 2015, ce prix marquait déjà le pas. Il était alors passé sur le marché chinois de 2.100 à 1.200 dollars le kilo.

Mais cette baisse n’a pas suffi à décourager les braconniers, et l’ivoire continue d’affluer de l’est, de l’ouest et du centre de l’Afrique. Cette activité illégale représente encore un grand intérêt et les braconniers poursuivront leurs activités si les intermédiaires et autres organisateurs de réseaux illégaux veulent toujours à se procurer de l’ivoire.

Ces prix en chute sont peut-être le résultat de la politique mise en place par Pékin. Et cela plaide pour que les touristes et les travailleurs chinois ne rapportent pas d’ivoire en provenance d’Afrique ou des pays voisins de la Chine. Mais cela pourrait également être la conséquence du ralentissement économique dans l’empire du Milieu, du moratoire sur les importations de trophées de chasse en ivoire et du renforcement des mesures anticontrebande.

Pas de recette miracle

Les défenseurs de l’environnement en Afrique ont accueilli favorablement le renforcement des contrôles en Chine, tout en soulignant qu’il faut en faire bien plus pour arrêter le massacre des éléphants.

Iain Douglas-Hamilton, le fondateur de Save the Elephants, m’a ainsi confié qu’il avait de sérieux doutes sur le fait que l’interdiction pour 12 mois d’importer de l’ivoire sculpté et des défenses puisse suffire. Cette mesure n’affecte en effet pas le commerce intérieur chinois ni la vente d’ivoire réalisée à partir des réserves de l’État. Cette mesure ne touche pas non plus Hong Kong, doté d’un immense marché légal et illégal. Mais Iain Douglas-Hamilton espère que cette action témoigne d’une réelle volonté de la Chine de renforcer ses contrôles.

Il n’y a, d’autre part, pas de preuve à ce jour que les campagnes visant à réduire la demande atteignent efficacement les acheteurs chinois ; et encore moins ceux qui considèrent l’ivoire comme un investissement. L’ivoire est devenu au fil des siècles un produit de luxe dont le commerce s’est transformé, s’adaptant aux évolutions de la demande et développant de nouvelles voies d’approvisionnement. Et cela continuera ainsi dans les années à venir. Aujourd’hui, ce sont les réseaux vietnamiens qui approvisionnent ce commerce en Asie.

Il n’y a pas de recette magique pour mettre un terme au commerce illégal et au braconnage. Et la militarisation accrue de la lutte contre le braconnage n’y change pas grand-chose, de même que l’interdiction sur le commerce de l’ivoire qui a vu le jour il y a 27 ans. Quand les membres de la CITES se retrouveront à Johannesburg en septembre prochain, ils se disputeront sur le fait de savoir s’il faut rendre cette interdiction permanente ou permettre aux États africains d’écouler ponctuellement leurs réserves d’ivoire.

Malheureusement, leurs discussions n’auront certainement que très peu d’impact sur le braconnage des éléphants en Afrique ou sur les réseaux criminels qui acheminent les défenses jusqu’aux marchés d’Asie de l’Est.

                                                            *******************

Par Keith Somerville, Visiting Professor, University of Kent

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

braconnage

Wildlife

Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction

Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction

AFP

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Wildlife

Comment le braconnage change l'anatomie des éléphants

Comment le braconnage change l'anatomie des éléphants

Ivoire

AFP

Interdiction de vente de stocks d'ivoire en Afrique australe

Interdiction de vente de stocks d'ivoire en Afrique australe

Braconnage

Leurs cornes sont les nouveaux diamants de sang

Leurs cornes sont les nouveaux diamants de sang

AIP

Miss Côte d’Ivoire 2013: La finale prévue samedi à l’Hôtel Ivoire (AIP)

Miss Côte d’Ivoire 2013: La finale prévue samedi à l’Hôtel Ivoire (AIP)