mis à jour le

Le barrage de Katse au Lesotho. WALTER DHLADHLA / AFP
Le barrage de Katse au Lesotho. WALTER DHLADHLA / AFP

En Afrique, les cas de paludisme sont en hausse autour des nouveaux barrages

De nombreux édifices sont construits sur le continent pour répondre à la demande d'électricité.

Plus de 2.000 grands barrages ont été bâtis et plus de 200 sont actuellement en construction, ou en projet, en Afrique sub-saharienne. L’objectif principal de ces grands travaux vise à améliorer la sécurité alimentaire, à augmenter la production hydroélectrique, à gérer la variabilité des précipitations et à soutenir la croissance économique.

En 2012, les chefs de gouvernement et les États du continent ont mis sur pied un ambitieux plan sur le long terme pour rattraper le retard africain en matière d’infrastructures. L’Éthiopie s’est ainsi dotée de plusieurs barrages au cours des dernières années pour satisfaire des besoins énergétiques grandissants. La République démocratique du Congo a quant à elle lancé la construction de plusieurs projets le long de la rivière Congo, aux chutes d’Inga. Au Malawi, le barrage de Kamuzu a été agrandi.

Le renouvellement récent d’aides internationales au développement dans le domaine des ressources en eau a encouragé des études de faisabilité, actuellement en cours, pour bien d’autres barrages à travers le continent. Mais la construction de ces barrages a un effet inattendu: une augmentation des cas de paludisme dans les zones environnantes.

Barrages existants et prévus en Afrique. Jonathan Lautze

Le risque de paludisme autour des barrages

L’Afrique abrite 90 % des cas de paludisme dans le monde, avec 174 millions de personnes touchées par cette maladie. Une estimation prudente évalue à plus d’un million par an le nombre de cas induits par la présence de barrages en Afrique. Des exemples précis de cette recrudescence à proximité de ces installations ont été rapportés au Cameroun, en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Sénégal et au Zimbabwe. On peut aussi évoquer la situation du réservoir de Koka dans le centre de l’Éthiopie.

L’eau retenue dans les réservoirs conduit à l’augmentation du nombre de sites – et les flaques en premier lieu – où les larves du moustique Anopheles porteur du paludisme prospèrent. Ceci conduit à une augmentation considérable du nombre de moustiques adultes. Ces derniers piquent en général en soirée et au cours de la nuit, multipliant le taux de transmission de la maladie parmi les populations vivant à quelques kilomètres des réservoirs. Les flaques qui offrent des sites de reproduction aux moustiques sont situées dans des zones d’infiltration en aval des barrages, autour des rives des réservoirs et dans les zones construites par les hommes, tels les canaux d’irrigation.

Nos travaux indiquent que les berges constituent les sites de reproduction les plus importants pour les moustiques porteurs de la maladie. Les réservoirs créent ces flaques lorsque le niveau de l’eau baisse; ces dernières deviennent alors l’endroit idéal pour se reproduire.

Que faire?

De multiples approches pour lutter contre la maladie existent. Celles-ci comprennent des mesures conventionnelles et non conventionnelles. Si ces dernières ont été employées ponctuellement, ou pouvaient l’être, elles ne le sont pas encore systématiquement.

L’incidence globale du paludisme sur le continent a décru ces dernières années. En Afrique sub-saharienne, des efforts importants entrepris pour lutter contre la maladie depuis le début du XXIe siècle ont permis la réduction de 45 % de la mortalité liée au paludisme. On a ainsi compté 1,6 million de morts en moins entre 2001 et 2015. Ces chiffres montrent à quel point les mesures conventionnelles, quand elles sont conduites correctement, offrent une base solide pour lutter contre la propagation de la maladie.

Cependant, la prévalence du paludisme à proximité des barrages où ces mêmes efforts ont été conduits suggèrent que les stratégies conventionnelles ne sont peut-être pas suffisantes. C’est pour cette raison qu’il devient essentiel de considérer des options inédites et de les associer aux approches qui ont déjà fait leurs preuves.

Ces options concernent :

• La localisation du barrage

La décision de placer un barrage à tel ou tel endroit d’un bassin hydrographique peut avoir une incidence sur le paludisme, en variant d’un site à l’autre.

Il devient de plus en plus clair que l’effet de la construction d’un barrage varie en fonction de la présence de la maladie dans la région concernée. L’eau qui se trouve retenue dans des zones de transmission moins forte, plus irrégulière ou saisonnière de la maladie aura ainsi un effet négatif plus marqué que dans le cas d’une eau conservée dans des zones où la transmission est plus soutenue et plus régulière tout au long de l’année.

Cette dimension peut être aisément prise en compte dans le choix du site d’installation.

• La conception des barrages et la taille des réservoirs

La conception des barrages et la taille des réservoirs auront un effet sur la propagation du paludisme dans les communautés avoisinantes. La façon dont un barrage a été conçu peut, par exemple, influencer le degré de suintement en aval. La possibilité de créer des flaques propices au développement des larves dans les berges des réservoirs peut dès lors être traitée en décidant de la hauteur des futures constructions.

Quant à la taille des réservoirs, elle commandera celle des berges permettant aux moustiques de nicher; les barrages plus petits possèdent des berges plus étroites que les ouvrages plus imposants – ce qui diminue d’autant la propagation de la maladie.

• La gestion des réservoirs

Les niveaux d’eau des réservoirs peuvent être ajustés pour offrir un environnement le moins favorable possible au développement des larves d’Anopheles. On sait ainsi qu’une décharge d’eau plus soudaine au cours de la haute saison de transmission de la maladie permet d’éradiquer la propagation des moustiques en desséchant les flaques présentes sur les berges.

Des actions menées en ce sens autour du réservoir de Koka en Éthiopie ont montré qu’il était possible de mieux gérer les infrastructures pour lutter contre le paludisme sans pour autant remettre en cause le projet même du barrage.

• Des poissons se nourrissant de larves

Une dernière option consiste à introduire des poissons se nourrissant des larves dans les barrages. En Inde, de telles espèces ont été intégrées comme un élément clé du programme de lutte antipaludique.

Envisager le problème sous un nouveau jour

Il est temps de réfléchir aux effets de la construction des barrages sur le paludisme d’une nouvelle manière. De tels effets devraient être envisagés autrement que comme des problèmes strictement locaux à combattre par des moyens traditionnels. Il faut bien davantage s’engager dans des stratégies à long terme et globales qui prennent cette question pour ce qu’elle est: un défi majeur qui ne va pas se résoudre facilement.

Promouvoir cette nouvelle approche permettra de s’assurer que cette lutte inédite contre le paludisme recevra toute l’attention nécessaire au moment de la planification, de la conception et de la réalisation de ces ouvrages. On l’a vu, les options ne manquent pas pour intégrer la question du paludisme dans de tels projets. Il est grand temps de les mettre en œuvre.

                                              ***************

Par Jonathan Lautze, Senior Researcher, Water Resources Management, Consultative Group on International Agricultural Research; Matthew McCartney, Principal Researcher, Consultative Group on International Agricultural Research et Solomon Kibret, Postdoctoral Researcher, University of California, Irvine

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

moustiques

Science

L'odeur des poulets repousse les moustiques porteurs du paludisme

L'odeur des poulets repousse les moustiques porteurs du paludisme

Maladies

Chez les moustiques, le danger est dans la salive

Chez les moustiques, le danger est dans la salive

Wafaa Taha Latik - Lemag

Et si l'on devenait invisible pour les moustiques

Et si l'on devenait invisible pour les moustiques

paludisme

Santé

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle

AFP

Burkina: 4.000 morts du paludisme dont 3.000 enfants en 2016

Burkina: 4.000 morts du paludisme dont 3.000 enfants en 2016

AFP

Zimbabwe: 150 morts de paludisme après les inondations

Zimbabwe: 150 morts de paludisme après les inondations