mis à jour le

Nigeria: les grandes dates depuis l'enlèvement des lycéennes de Chibok

Principaux développements depuis l'enlèvement en 2014 à Chibok (Nigeria) de 276 lycéennes, dont 218 toujours disparues, par le groupe jihadiste Boko Haram qui a diffusé dimanche une vidéo d'adolescentes présentées comme certaines des jeunes filles kidnappées: 

- 2014 -

- 14 avril: 276 lycéennes âgées de 12 à 17 ans sont enlevées par des hommes armés à Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est), berceau de Boko Haram. 57 parviennent à s'échapper juste après le rapt. Les parents dénoncent l'inaction des autorités.

Une campagne internationale intitulée #BringBackOurGirls ("Ramenez-nous nos filles") est lancée sur les réseaux sociaux.

- 5 mai: le chef de Boko Haram Abubakar Shekau revendique dans un vidéo le kidnapping des lycéennes, qu'il veut "vendre" comme "esclaves" et "marier" de force.

- 12 mai: le chef de Boko Haram diffuse une nouvelle vidéo d'une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes enlevées, affirmant les avoir converties à l'islam et exigeant la libération de prisonniers islamistes en échange des jeunes filles.

- 17 mai: cinq chefs d'Etat africains soutenus par l'Occident adoptent à Paris un plan de "guerre" contre Boko Haram. Des experts français, américains et britanniques participent aux recherches avec le renfort de quelque 80 militaires américains au Tchad.

- 13 juil: la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, prix Nobel de la paix qui a échappé aux talibans, rencontre à Abuja une délégation de parents et de lycéennes rescapées. 

- 22 juil: première rencontre entre le président nigérian et des proches des lycéennes, à Abuja cent jours après l'enlèvement.

- 31 oct: le chef de Boko Haram affirme que les lycéennes ont été converties à l'islam et mariées.

- 2015 -

- 1er avr: le nouveau président du Nigeria, Muhammadu Buhari, s'engage à "débarrasser la nation" de Boko Haram.

- 16 sept: Buhari déclare envisager un échange de prisonniers de Boko Haram contre les lycéennes.

- 30 déc: Buhari se dit prêt à négocier avec "une direction crédible" de Boko Haram "qui nous confirme que les jeunes filles sont toujours en vie".

- 2016 -

- 14 jan: des parents des lycéennes réclament à nouveau leur libération en rencontrant le président Buhari qui a ordonné une enquête sur l'enlèvement. 

- 13 avr: Boko Haram envoie une "preuve de vie" avec une vidéo montrant selon CNN une quinzaine de jeunes filles couvertes d'un hijab noir. Elles ont été identifiées comme les lycéennes de Chibok. Le gouvernement aurait reçu auparavant cinq photos d'otages.

- 18 mai: pour la première fois, une des 219 lycéennes est retrouvée saine et sauve par des milices locales et l'armée dans une zone de la forêt de Sambisa (Etat de Borno) connue pour être le bastion du groupe. Elle apparaît sur une photo diffusée par l'armée avec un bébé de quatre mois présenté comme sa fillette. Deux jours après, l'armée annonce une deuxième rescapée mais les familles assurent qu'elle n'appartient pas aux 219 otages de Chibok.

- 14 août: Boko Haram diffuse une vidéo de 11 minutes montrant des jeunes filles présentées comme des lycéennes enlevées à Chibok, affirmant que certaines sont vivantes dont une quarantaine mariées, et d'autres tuées dans des raids aériens.

L'insurrection de Boko Haram a fait plus de 20.000 morts au Nigeria depuis 2009 et contraint plus de 2,6 millions d'habitants à fuir leurs foyers.

AFP

Ses derniers articles: Maroc: une importante délégation gouvernementale visite Al-Hoceïma  Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national  Côte d'Ivoire: des "démobilisés" bloquent des accès 

Chibok

AFP

Nigeria: les lycéennes de Chibok attendent de retrouver leurs familles

Nigeria: les lycéennes de Chibok attendent de retrouver leurs familles

AFP

Nigeria: chronologie des événements de Chibok depuis 2014

Nigeria: chronologie des événements de Chibok depuis 2014

AFP

Nigeria: plusieurs dizaines de lycéennes de Chibok libérées des mains de Boko Haram

Nigeria: plusieurs dizaines de lycéennes de Chibok libérées des mains de Boko Haram