mis à jour le

La coalition semble proche de reprendre Syrte aux djihadistes. MAHMUD TURKIA / AFP
La coalition semble proche de reprendre Syrte aux djihadistes. MAHMUD TURKIA / AFP

En Libye, les États-Unis dégainent leur arme secrète: le «Punisher»

Ce lance-grenade de précision et terrifiant est utilisé depuis dimanche 7 août pour tenter de faire capituler les djihadistes qui contrôlent la ville de Syrte.

Son nom fait penser à un méchant de comics, ou au nom de scène d’un catcheur américain. Pourtant, le Punisher est une arme bien réelle, présente en Libye. Les services britanniques et américains l’utilisent actuellement dans la lutte qu'ils mènent face à Daech afin de libérer la ville de Syrte, au nord du pays.

Officiellement désigné sous le nom de XM25 Counter Defilade Target Engagmeent System (CDTE), le Punisher est un lance-grenade semi-automatique, dont les grenades explosent en l’air au-dessus de la cible, en l’arrosant de shrapnel – type de projectile à fragmentation. «Le XM25 est conçu pour être efficace face aux ennemis protégés par des murs, de creuser dans les terriers et les endroits difficiles à atteindre», peut-on lire sur le site d'Orbital ATK, le constructeur du lance-grenade. 

Une arme de plus de 6 kg

Inventée il y a une dizaine d'années, l'arme de précision devait être lancée en 2010. Mais les critiques soulignaient le fait qu'une arme de 14 livres (environ 6,3 kg) était beaucoup trop lourde et encombrante sur le champ de bataille. Mais le Punisher devrait bel et bien servir jusqu'en 2017 au moins. Selon Military.com, l'armée américaine a déjà testé le lance-grenade lors de plusieurs opérations en Afghanistan. «Beaucoup de brigades qui l'ont utilisé en patrouille ne voulaient plus le lâcher après l'essai», explique un officier vétéran de l'armée américaine au Diplomat

Selon l'International Business Times, des combattants britanniques, habillés en treillis libyens aux côtés des miliciens du gouvernement, ont également utilisé le Punisher et lancé une série de tirs pendant près d’une heure. «Ils sont arrivés avec un but, comme s’ils avaient eu des informations spécifiques sur les positions de l’EI, et ils ont remplacé nos positions habituelles de snipers sur les toits», explique un combattant du conseil national libyen au Sunday Times. Le ministère britannique de la Défense a précisé qu'il n'y aurait pour l'instant que des forces opérationnelles de base. Cependant, des sources rapportent que des forces d'élite seraient déployées à Syrte, et que le Punisher aurait été utilisé lors d'une des plus longues de leurs opérations.

Paul Verdeau

Journaliste à Slate Afrique. 

Ses derniers articles: À Paris, la diaspora gabonaise évacue sa colère et sa peur  Au Gabon, la victoire contestée d'Ali Bongo stigmatise le Haut-Ogooué  Comment le chef de la police israélienne justifie les contrôles fréquents des Juifs éthiopiens 

Etats-Unis

AFP

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Nigeria et Boko Haram: 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-unis

Investiture

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

Par sa pratique du pouvoir, Trump pourrait ressembler à certains dirigeants africains

AFP

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

guerre

AFP

Libye: HRW évoque des crimes de guerre

Libye: HRW évoque des crimes de guerre

AFP

CPI: premières réparations pour les victimes de crimes de guerre attendues

CPI: premières réparations pour les victimes de crimes de guerre attendues

AFP

Nigeria: guerre sans répit pour la terre entre agriculteurs et nomades

Nigeria: guerre sans répit pour la terre entre agriculteurs et nomades

terrorisme

Terrorisme

L'Etat islamique menace l'Algérie

L'Etat islamique menace l'Algérie

IRL

La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV

La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV

Tunisie

Les mensonges d'une agence de voyage britannique aux victimes de l'attaque de Sousse

Les mensonges d'une agence de voyage britannique aux victimes de l'attaque de Sousse