SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Le musée Senghor ne fait pas l'unanimité

En juin dernier, Abdoulaye Wade, président du Sénégal, avait émis le souhait de «faire de la maison de Senghor un ‘Musée présidentiel’». Le 7 novembre, le chef d’Etat a visité la villa de Léopold Sédar Senghor, poète et premier président du Sénégal, et a confirmé le lancement du projet. Mais cette décision ne plaît pas à tout le monde, note le quotidien sénégalais Walfadjri.

Au Sénégal, plusieurs intellectuels se sont dits hostiles à la création de ce musée présidentiel dans la maison de l'ancien président, à l’image du poète Amadou Lamine Sall.

«La maison de Senghor est loin de se prêter à un tel espace, elle doit rester la maison de Senghor. Il ne peut pas exister de place ni pour un musée des civilisations noires, ni pour un musée présidentiel dans cette maison.»

Et d’ajouter:

«Comme celle de nombreux grands hommes de par le monde, cette maison doit rester ce que Senghor en a fait et permettre aux Sénégalais, aux Africains, aux étrangers de par le monde de venir la visiter telle quelle, avec la chambre du poète, son bureau, son salon, ses jardins, sa piscine, sa bibliothèque, ses collections d'art, bref trouver là, la vraie âme de Senghor et ses propres biens culturels.»

Le projet de musée présidentiel s’est finalement transformé en projet de musée Senghor. Mais certains des proches du poète ont également émis quelques réticences quant à la création d'un tel musée, révèle RFI.

En effet, les autorités sénégalaises souhaitent qu’un collectionneur sénégalais ajoute à la décoration d’origine des œuvres d’art africains qui n’appartenaient pas à Senghor. Si, contrairement au musée présidentiel, Sall n’est pas opposé à l’idée d’un musée Senghor, il ne souhaite pas que la maison de l’ancien chef d’Etat soit modifiée:

«J'ai vu qu'il y avait en projet d'embellir la maison en y ajoutant des œuvres d'art de Mourtala Diop qui est un grand collectionneur sénégalais et je voudrais demander respectueusement au président de la République de surseoir à cette installation d'œuvres nouvelles dans la maison de Senghor. Si nous y ajoutons d'autres objets que Senghor n'a pas choisis, quelque part nous faussons l'esprit de ce musée Senghor pour ceux qui savent combien il était exigeant dans le choix des oeuvres qui devaient cohabiter dans sa maison.»

Lu Wal Fadjri, RFI

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Au Sénégal, le français est en perte de vitesse

Trente ans après, Mariama Bâ cartonne toujours en librairie