mis à jour le

L'accord de libre-échange avec l'UE, une chance pour le Cameroun?

Une chance pour l'Afrique pour les uns, un "baiser de la mort" pour les autres: l'accord économique entre le Cameroun et Union européenne (UE) entré en vigueur jeudi repose la question des partenariats de libre-échange entre Bruxelles et les pays en développement dans une région, l'Afrique centrale, victime d'un fort ralentissement économique.

Un libre accès au marché européen pour les ananas ou le cacao du Cameroun, contre le démantèlement progressif des barrières tarifaires imposées aux importations de l'Union européenne: tel est le principe de l'accord de partenariat économique (APE) entré en vigueur deux ans après sa conclusion.

"Le démantèlement des barrières douanières camerounaises va s'étaler sur 15 années", a précisé la télévision d'Etat CRTV, avec des pertes de recettes fiscales dans un pays où la dette publique est en augmentation. Ces pertes atteindront "près de 115 milliards de francs CFA (175 millions d'euros) au bout de huit ans, selon un responsable des douanes interrogé sur la même CRTV.

L'APE UE-Cameroun s'inscrit dans la série d'accords de libre-échange que Bruxelles a signés avec la zone Afrique-Caraïbe-Pacifique (ACP), dont un récent avec 16 pays d'Afrique de l'Ouest en 2014.

"L'APE aidera l'Afrique de l'Ouest à mieux s'intégrer dans le commerce mondial et va faciliter la croissance économique et les investissements dans la région", se félicitait alors la Commission européenne.

Des ONG, des économistes et des élus ne l'entendent pas de cet oreille, qui dénoncent un "libre-échange à sens unique", voire le "baiser de la mort" pour des économies africaines fragiles, selon l'expression de l'économiste Jacques Berthelot.

"La mise en ½uvre de ces APE va considérablement affaiblir la compétitivité des petites exploitations agricoles et des petites industries locales, incapables de rivaliser avec des produits européens standardisés, qui plus est bénéficiant de généreuses subventions publiques pour les produits agricoles", écrivaient Eva Joly et d'autres euro-députés écologistes dans le journal français Libération en décembre 2014.

- Les voisins du Cameroun mécontents -

Deux ans après, des craintes refont surface au Cameroun: "Le principal danger porte sur le budget de l'Etat, qui à travers les recettes fiscales, va perdre une partie de ses ressources. En outre, certains secteurs locaux seront affectés par des biens plus compétitifs venant d'Europe", analyse un économiste, Dieudonné Essomba, interviewé par le quotidien Le Messager de jeudi.

L'accord Cameroun-UE compromet en outre l'intégration régionale au sein de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac, qui regroupe le Cameroun, le Congo, la Centrafrique, le Gabon, la Guinée-Equatoriale et le Tchad).

En effet, le Cameroun, 22 millions d'habitants et un tiers du PIB de la zone, fait cavalier seul avec Bruxelles alors que les cinq autre Etats veulent encore négocier un accord "complet, juste et équilibré".

La décision unilatérale de Yaoundé "remet en cause l'union douanière au sein de la Cemac", dénoncent à l'unisson ses opposants à Yaoundé et le Gabon, dont le chef de l'Etat Ali Bongo est mandaté par ses pairs pour négocier avec Bruxelles.

En visite à Yaoundé en janvier dernier, la patronne du FMI Christine Lagarde avait encouragé la Cemac "à renforcer l'intégration régionale en vue d'améliorer la compétitivité et de doper la croissance dans la sous-région", tout en saluant les performances de l'économie camerounaise.

Des performances qui permettent au Cameroun d'apparaître en position de force par rapport à ses voisins. Plus diversifiée, moins dépendante que le Gabon des cours du pétrole en baisse, son économie devrait connaître une croissance de 4,9% en 2016, après 5,9% en 2015. Une exception en Afrique centrale, où la croissance ne devrait être que d'1,7% en 2016 contre 2,5% en 2015.

AFP

Ses derniers articles: Algérie: Amnesty dénonce des "expulsions massives illégales" de Subshariens  Paris, Le Caire, les ventes d'armes et les droits de l'homme  Sebastien Ajavon 

libre-échange

AFP

Maroc: la justice européenne valide l'accord de libre-échange avec l'UE

Maroc: la justice européenne valide l'accord de libre-échange avec l'UE

AFP

L'UE veut épauler la Tunisie avec un accord de libre-échange

L'UE veut épauler la Tunisie avec un accord de libre-échange

LNT

Accord de libre-échange Maroc-UE: Querelles d’experts à Bruxelles

Accord de libre-échange Maroc-UE: Querelles d’experts à Bruxelles