mis à jour le

L'attentat de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray a fait un mort et un blessé mardi 26 juillet. CHARLY TRIBALLEAU / AFP
L'attentat de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray a fait un mort et un blessé mardi 26 juillet. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Saint-Étienne-du-Rouvray: Le Maroc avait signalé un des deux terroristes

Les services secrets du royaume ont transmis quatre jours avant les événements le signalement d'Abdel Malik Petitjean à la police française.

Identifié le 28 juillet, deux jours après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, le jeune djihadiste Abdel Malik Petitjean avait fait l’objet d’un signalement par les autorités du Maroc, d'après une source proche de l’enquête reprise par Marianne.

Le 22 juillet, les services de renseignements du royaume avaient diffusé à la France une note et une photo du suspect, fiché S depuis presque un mois après avoir tenté de rejoindre la Syrie. «L'individu dont la photographie figure ci-dessous serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national», expliquait la note qui avait été diffusée à tous les services de police par l’Unité de coordination de la lutte terroriste, selon le magazine Le Point.

À lire aussi: Le statut complexe du Marocain suspecté de terrorisme et recherché en Martinique

La Turquie aurait également prévenu la France

Cela n’avait malgré tout pas empêché Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche de s’introduire dans l’église de Saint-Etienne-de-Rouvray, près de Rouen, pour prendre en otage six personnes et assassiner le prêtre Georges Hamel. Ils ont été abattus par les forces de l'ordre. L'attentat avait ensuite été revendiqué par Daesh. L'autre djihadiste aurait d'ailleurs été repéré par les autorités turques, qui ont assuré avoir prévenu la France de sa présence à bord d'un vol pour Istanbul en mai 2015.

Selon l'hebdomadaire marocain Tel Quel, ce n’est pas la première fois que le Maroc avertit la France dans le cadre de la lutte antiterroriste. En janvier, le magazine révélait que le bureau central d’investigation judiciaire du Maroc avait pu retrouver l’identité d’Abdelhamid Abaaoud et de son implication dans les attentats de novembre 2015, et avait transmis ces informations à Paris. Les services français avaient ainsi pu intervenir et empêcher un nouvel attentat prévu à La Défense.

Paul Verdeau

Journaliste à Slate Afrique. 

Ses derniers articles: À Paris, la diaspora gabonaise évacue sa colère et sa peur  Au Gabon, la victoire contestée d'Ali Bongo stigmatise le Haut-Ogooué  Comment le chef de la police israélienne justifie les contrôles fréquents des Juifs éthiopiens 

Maroc

AFP

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

France: Amine Harit choisit de jouer pour le Maroc

AFP

Leila Slimani s'interroge sur la sexualité au Maroc

Leila Slimani s'interroge sur la sexualité au Maroc

AFP

Mondial-2018: choc Tunisie-RDC, Cameroun, Maroc et Ghana sous pression

Mondial-2018: choc Tunisie-RDC, Cameroun, Maroc et Ghana sous pression

terrorisme

AFP

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Djihadisme

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Terrorisme

L'Etat islamique menace l'Algérie

L'Etat islamique menace l'Algérie