mis à jour le

Da la fumée au-dessus de la ville de Syrte après des combats le 18 juillet 2016. MAHMUD TURKIA / AFP
Da la fumée au-dessus de la ville de Syrte après des combats le 18 juillet 2016. MAHMUD TURKIA / AFP

La mort de trois militaires en Libye officialise la présence de soldats français dans le pays

Le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll, a reconnu que des forces spéciales françaises étaient présentes sur place.

Le ministère de la Défense a annoncé mercredi 20 juillet, via un communiqué, la mort de trois sous-officiers français en opération en Libye. Jean-Yves Le Drian, le ministre, y «salue le courage et le dévouement de ces militaires engagés au service de la France qui accomplissent, tous les jours, des missions dangereuses contre le terrorisme».

Selon l’agence de presse Associated Press (AP), qui cite des responsables libyens, des militaires auraient été tués dimanche 17 juillet près de Benghazi quand une milice islamiste – qui se fait appeler «la brigade de défense de Benghazi» et qui a revendiqué l’attaque – a abattu l’hélicoptère dans lequel ils se trouvaient.

«L'incident met en lumière la coopération militaire secrète de l'Occident avec les forces de l'est de la Libye menées par Hifter, un anti-islamiste qui s'oppose au plan des Nations unies d'un gouvernement uni basé à Tripoli, mais qui est dans le même temps soutenu par le parlement de Tobrouk, ville à l'est du pays, lui-même reconnu par la communauté internationale», précise l'agence AP. 

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, avait confirmé, tôt mercredi matin sur France Info, la présence de forces spéciales en Libye. «Oui, les forces spéciales sont là. Bien sûr pour aider et puis faire en sorte que la France soit présente partout pour lutter contre les terroristes», a t-il déclaré.

Un secret de polichinelle

Cette communication sur la mort de trois militaires de l'armée françaises en Libye confirme pour la première fois de manière officielle la présence de forces françaises sur place. Si le ministère de l'Intérieur n'avait jamais confirmé l'envoi de soldats dans ce pays livré à la guerre civile depuis la chute de Mouammar Kadhafi et aux prises avec le groupe terroriste Etat islamique qui tient toujours des positions autour de la ville de Syrte, la présence de forces spéciales françaises dans la région était depuis plusieurs mois un secret de polichinelle. 

À lire aussi sur Slate.fr: Personne ne sait vraiment comment combattre l'EI en Libye

C'est le journal Le Monde qui avait révélé l'information le 24 février. Plusieurs sources avaient indiqué au quotidien que la lutte contre les terroristes pouvait couvrir des opérations clandestines, menées par le service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Ces actions commandos visent à préparer d'éventuels bombardements, mais aussi à éliminer des haut-responsables de l'organisation de l'Etat islamique, cible de l'armée française sur place. L'Elysée avait décidé d'intervenir discrètement sur place alors que les Américains bombardaient déjà des positions de l'organisation djihadiste dans la ville de Sabratha le 19 février. 

«Les efforts militaires des forces américaines et françaises sont motivés par l'expansion de l'EI en Libye, principalement dans la région de Syrte, qui est devenue le second fief du groupe terroriste qui depuis plusieurs mois tente de renforcer ses positions sur place, notamment pour anticiper un éventuel recul de ses positions dans la zone Syrie-Irak face à la coalition internationale», écrivions-nous sur Slate.fr, au moment de ces révélations. 

Camille Belsoeur

Journaliste à Slate Afrique. 

Ses derniers articles: Emel Mathlouthi: «Ce n’est pas le Printemps arabe qui m’a inspiré, mais la condition d’avant»  Le football africain a un sérieux problème avec l'argent  PHOTOS. Le Maghreb sous la neige à Noël 

Etat islamique

Egypte

L'amour déçu des coptes pour le président al-Sissi

L'amour déçu des coptes pour le président al-Sissi

Zone de guerre

En Libye, les Américains sont toujours présents mais sans le dire vraiment

En Libye, les Américains sont toujours présents mais sans le dire vraiment

Djihadisme

Le Maroc confronté au retour de centaines de djihadistes sur son sol

Le Maroc confronté au retour de centaines de djihadistes sur son sol

France

AFP

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

AFP

Aux tirailleurs sénégalais, la France reconnaissante 50 ans après

Aux tirailleurs sénégalais, la France reconnaissante 50 ans après

AFP

Des parents d'enfants adoptés en RDC manifestent pour les faire venir en France

Des parents d'enfants adoptés en RDC manifestent pour les faire venir en France