mis à jour le

Algérie: première sortie publique en un an du président Bouteflika

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a effectué mardi sa première sortie publique depuis un an, en se recueillant sur la tombe des martyrs de la guerre d'Algérie à l'occasion du 54e anniversaire de l'indépendance du pays.

En fauteuil roulant, M. Bouteflika, 79 ans, ancien officier de l'Armée de libération nationale (ALN), a déposé une gerbe de fleurs au carré des martyrs du cimetière d'El-Alia (banlieue est d'Alger), avant d'écouter une prière et de recevoir les honneurs de la garde républicaine, selon les images de la télévision publique.

L'imam a souhaité une "longue vie" au président frappé en 2013 par un AVC qui a affecté sa mobilité et son élocution.

M. Bouteflika a ensuite embrassé le drapeau national et salué les principaux membres du gouvernement, les présidents des deux chambres du Parlement et le président de l'organisation nationale des moudjahidine, qui réunit des vétérans de la guerre d'Algérie.

C'est le quatrième déplacement de M. Bouteflika au cimetière d'El-Alia depuis sa réélection pour un 4e mandat en avril 2014.

Il s'y était notamment rendu le 5 juillet 2015, sa dernière sortie publique depuis un an. 

"Notre jeunesse doit cultiver le souvenir du martyre enduré par notre peuple 132 années durant, un martyre fait de massacres, de tentatives d'extermination de nos ancêtres, de spoliations de leurs terres, et d'une tentative d'éradiquer notre culture et notre identité (...)", a-t-il écrit lundi soir dans un message aux Algériens, diffusé par l'agence APS.

"Les générations montantes doivent connaître également l'embrigadement forcé de nos compatriotes dans les troupes du colonisateur, au fil des guerres que celui-ci a livrées ou qu'il a subies, les dizaines de milliers d'Algériens tombés en Europe notamment pour la défaite du nazisme (...)", a poursuivi M. Bouteflika.

Affaibli par la maladie, le chef de l'Etat algérien reçoit de nombreux hôtes étrangers, chefs d'Etat et ministres, dans sa résidence de Zéralda (ouest d'Alger).

Mardi, il est apparu en meilleure forme qu'en avril dernier lorsqu'il avait reçu le Premier ministre français Manuel Valls. Ce dernier avait alors tweeté une photo où M. Bouteflika apparaissait mal en point, le regard vide.

De nombreux responsables algériens ont dénoncé la publication de M. Valls, l'accusant de vouloir porter atteinte à l'image du chef de l'Etat algérien.

La santé de M. Bouteflika fait l'objet de spéculations depuis son AVC en 2013.

Fin avril, il s'est rendu à Genève pour des "contrôles médicaux périodiques", selon la presse algérienne. La présidence n'a pas fourni de précisions sur les résultats de ces contrôles médicaux.

Les rumeurs sur une dégradation de l'état de santé de M. Bouteflika sont récurrentes et des dirigeants de l'opposition n'hésitent pas à évoquer une "vacance de pouvoir" dans le pays, "accaparé" selon eux par des proches du président, notamment son frère Saïd.

M. Bouteflika dirige l'Algérie depuis dix-sept ans. Il a été élu pour un 4e mandat en 2014, un an après l'AVC qui l'avait conduit à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris où il avait séjourné plus de deux mois.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: l'opposant creuse son avantage, toujours pas de résultats  Egypte: six morts dans une attaque contre la police au Caire  Le Caire: dans l'enfer des embouteillages, un combat quotidien 

Bouteflika

Politique

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

L'Algérie, un pays qui se transforme en fossile

AFP

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

Algérie: le chef de cabinet de Bouteflika élu

AFP

Algérie: Bouteflika

Algérie: Bouteflika

président

AFP

Angola: coup d'envoi de la succession du président dos Santos

Angola: coup d'envoi de la succession du président dos Santos

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant