mis à jour le

Le centre-ville de Lagos. PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Le centre-ville de Lagos. PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Lagos lutte contre la pollution sonore en fermant des églises et des mosquées

La municipalité veut libérer la ville de bruits parasites d'ici 2020.

La mégalopole de Lagos est tentaculaire. Il s'agit de la ville la plus vaste du continent africain. Plus de 21 millions de personnes s'y entassent. Ce monstre urbain ne s'endort jamais. À toute heure de la journée, des embouteillages géants apparaissent sur les grandes artères. Sur les trottoirs, le flux de piétons est ininterrompu, des hommes d'affaires cravatés qui rejoignent la riche enclave de Victoria island, aux milliers de vendeurs ambulants qui rivalisent de ruses pour attirer l'oeil du passant, il y a toujours du monde dans la rue. La capitale économique du Nigeria est une ville qui ne se repose jamais.

Mais la municipalité de Lagos a décidé d'offrir du silence à ses habitants. Comme le rapporte le site Foreign Policy, les autorités de la ville ont décidé de lutter contre la pollution sonore. 

«Le gouvernement nigérian d'Abuja a promis d'apporter une solution pour faire de Lagos une ville sans bruits parasites d'ici 2020, et cette semaine ils ont commencé à avancer dans ce sens en fermant 70 églises, 20 mosquées et 10 hôtels, boîtes de nuit et bars qui ne respectent pas les ordonnances sur les émissions sonores», rapporte Foreign Policy.

Trop de fidèles devant les églises

Les mosquées visées utilisent notamment des mégaphones lors de la prière et les églises fermées sont d'être trop petites pour accueillir tous leurs fidèles qui lorsqu'ils ne peuvent pas pénétrer à l'intérieur, dansent et chantent sur le parvis. 

Sur le réseau social Twitter, de nombreux internautes disent soutenir ces mesures. «Je suis vraiment contre la pollution sonore des églises qui mettent des haut-parleurs sur leur parvis, de même que les musées. J'apprécie que le gouvernement de Lagos prenne des mesures contre ça».

Ce n'est pas la première fois que l'Agence de protection environnemental de l'Etat de Lagos (Lasepa) prend des mesures de ce type. En 2014, la Lasepa expliquait déjà:

«Pour trouver une solution au problème de la pollution sonore qui est la cause de certains problèmes de santé publique et d'autres désagréments, la Lapesa promeut un nouveau processus en impliquant les chefs traditionnels, les leaders religieux, et les défenseurs de l'environnement», écrivait la Lapesa dès 2014.

En ajoutant:

«La direction de la Lapesa note que la pollution sonore vient de différentes sources: les garages automobiles, les hôtels, les boîtes de nuit, les mosquées, les églises sont un grand problème pour notre ville de ce point de vue.»

Mais qu'on ne s'inquiète pas, Lagos restera toujours une ville bouillonnante et bruyante.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Lagos

AFP

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

AFP

Nigeria: un incendie ravage une caserne de police

Nigeria: un incendie ravage une caserne de police

AFP

Nigeria: les innombrables vendeurs de rues de Lagos menacés de disparaître

Nigeria: les innombrables vendeurs de rues de Lagos menacés de disparaître