mis à jour le

Kenya: 6 morts dans l'attaque de deux bus par des shebab présumés

Six personnes ont été tuées par balle vendredi dans le nord-est du Kenya dans une attaque menée contre deux bus par des hommes soupçonnés d'être des islamistes somaliens shebab, a annoncé la police kényane.

"La police a trouvé sur les lieux six personnes tuées par balle", a déclaré à l'AFP le chef de la police kényane Joseph Boinnet. "La traque des terroristes est en cours".

M. Boinnet a ajouté que deux personnes avaient été blessées, mais n'a pas précisé si les victimes de cette attaque, menée près de la ville d'Elwak, à la frontière avec la Somalie, étaient des civils ou des policiers qui escortaient les bus.

Le 20 juin, cinq policiers kényans avaient été tués dans la même zone par des hommes soupçonnés d'être des shebab. Leur véhicule, qui escortait un bus, avait explosé après avoir apparemment été touché par une grenade tirée d'un lance-grenade.

Les attaques des shebab, affiliés à Al-Qaïda, sont fréquentes dans le nord-est kényan. En novembre 2014, des assaillants avaient intercepté un bus, séparés les passagers en fonction de leur religion, et exécuté 28 non-musulmans.

Jeudi, le département d'Etat américain a conseillé à ses ressortissants d'"éviter de voyager vers les zones frontalières du Kenya (avec la Somalie, ndlr) en raison de la menace de ce groupe terroriste lié à Al-Qaïda".

Un responsable du ministère kényan de l'Intérieur, Karanja Kibicho, a qualifié cet avertissement d'"injuste" car, selon lui, "la sécurité du pays a été restaurée".

Depuis l'assaut mené par les shebab en septembre 2013 contre le centre commercial de Westgate à Nairobi (67 morts), plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans des attentats des shebab au Kenya. 

Une centaine de personnes ont été abattues en 2014 dans des localités de la côte kényane et 148 personnes ont été massacrées par un commando shebab à l'université de Garissa (est) en avril 2015.

Le Kenya est une des cibles privilégiées des shebab depuis octobre 2011, date à laquelle il a commencé à fournir un contingent militaire à la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Les shebab, chassés à la mi-2011 de Mogadiscio, puis de leurs principaux bastions du centre et du sud somaliens, contrôlent toujours de larges zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides - parfois jusque dans la capitale somalienne - contre les symboles du fragile gouvernement somalien ou contre l'Amisom qui le soutient.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire: le tourisme, un secteur  Niger: le président exhorte  RDC: 29 morts dans des affrontements entre miliciens dans l'Est 

morts

AFP

RDC: 29 morts dans des affrontements entre miliciens dans l'Est

RDC: 29 morts dans des affrontements entre miliciens dans l'Est

AFP

Épidémie de méningite au Nigeria: nouveau bilan, 813 morts

Épidémie de méningite au Nigeria: nouveau bilan, 813 morts

AFP

RDC: 20 morts dans des affrontements interethniques au Kasaï

RDC: 20 morts dans des affrontements interethniques au Kasaï

shebab

AFP

Le président somalien déclare "l'état de guerre" contre les shebab

Le président somalien déclare "l'état de guerre" contre les shebab

AFP

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

Présidentielle en Somalie: la faim et les shebab en toile de fond

AFP

Les shebab restent la principale menace en Somalie

Les shebab restent la principale menace en Somalie