mis à jour le

Nigeria: Boko Haram tue 24 personnes dans le nord-est

Vingt-quatre personnes sont mortes dans une fusillade menée par des jihadistes de Boko Haram lors d'une veillée funéraire près de la ville de Gulak, dans le nord-est du Nigeria, a assuré vendredi un responsable local à l'AFP.

La fusillade a eu lieu dans le village de Kuda vers 20H00 (19H00 GMT) jeudi, "tuant 24 personnes et faisant plusieurs blessés", selon Maina Ulamaru, ancien dirigeant d'une localité voisine.

Le porte-parole de la police de l'Etat d'Adamawa, Othman Abubakar, a confirmé cette attaque depuis Yola, la capitale de l'Etat, à plus de 250 km de là.

Il a donné un bilan moindre, de 18 morts et "de nombreux blessés".

Selon M. Ularamu, les victimes assistaient à une veillée funéraire en l'honneur d'un chef local.

"Ils sont venus en moto et ils ont ouvert le feu sur la foule, tuant 24 personnes. La plupart des victimes étaient des femmes. Ils ont volé les réserves de nourriture, ils ont brûlé les maisons puis ils sont repartis près d'une heure plus tard", a-t-il relaté.

La ville de "Gulak a été libérée de Boko Haram, mais (les combattants) vivent encore dans les villages des alentours. Ils mènent des attaques surtout pour se ravitailler en nourriture", a expliqué M. Ularamu.

"Les gens de notre communauté avaient quitté leurs maisons pour fuir les attaques de Boko Haram, mais ils rentrent maintenant parce qu'ils ne peuvent pas vivre dans des camps" a-t-il poursuivi.

"Ils sont de nouveau confrontés à Boko Haram, qui lance des assauts nocturnes, tue des gens et vole de la nourriture".

Depuis son fief de la forêt de Sambisa, dans l'Etat de Borno, le groupe islamiste Boko Haram, qui a porté allégeance à l'organisation État Islamique (EI), était parvenu à descendre assez bas dans l'Etat voisin de l'Adamawa en 2014, jusqu'à Mubi, à 80 km au sud de Gulak.

Au fur et à mesure des attaques et de la conquête de territoire par Boko Haram, des dizaines de milliers de personnes ont alors fui leur foyer, pour descendre plus au sud, jusqu'à Yola, la capitale de l'Etat, trouvant tant bien que mal leur chemin, la seule route y menant ayant été amputée de nombreux ponts.

L'armée a repris le contrôle de cet Etat au cours d'une offensive qui a débuté en janvier 2015. Depuis, le calme est revenu dans l'Adamawa. 

La dernière attaque dans l'Adamawa remonte au 9 janvier, quand sept personnes ont été tuées et deux autres blessées à Madagali.

Dans la même ville, un double attentat-suicide mené par deux femmes avait fait 30 morts dans un marché le 28 décembre, juste après l'annonce du président Muhammadu Buhari affirmant que les islamistes avaient été vaincus "techniquement".

Le nombre d'attaques islamistes a considérablement diminué dans le nord-est du Nigeria depuis le début de l'année, et selon l'armée nigériane, Boko Haram, très affaibli, a été repoussé plus au nord, autour du lac Tchad.

Fin avril, l'armée a lancé une offensive dans la forêt de Sambisa, et dit y avoir chassé les derniers islamistes qui s'y trouvaient.

Mais cette nouvelle attaque démontre que le groupe islamiste n'a pas perdu de son pouvoir de nuisance.

Mardi déjà, le village de Kutuva, dans l'Etat de Borno, a été attaqué. Quatre personnes ont été tuées et quatre femmes ont été enlevées.

Depuis sept ans, l'insurrection de Boko Haram a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés. 

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: RFI demande la relaxe d'un de ses correspondants  Africains d'Europe: Riyad Mahrez et Yaya Touré en difficulté, "Aubam" brille  Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux 

haram

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump