mis à jour le

Le poignard de Toutankhamon. Crédit photo: Ethan Miller / Getty Images North America / AFP
Le poignard de Toutankhamon. Crédit photo: Ethan Miller / Getty Images North America / AFP

Le poignard en métal extraterrestre de Toutankhamon en dit beaucoup sur l'Egypte antique

Une découverte grandiose qui met fin à un siècle de débats controversés.

En 1925, le légendaire égyptologue Howard Carter découvrait deux poignards ayant appartenu au pharaon Toutankhamon. L'un avec une lame en fer et l'autre, plus précieux encore, avec une lame en or, explique le journal britannique The Guardian. Mais c'est la première des deux armes qui a le plus fasciné les archéologues tout au long du XXe siècle. D'abord, le fer était rare en ancienne Egypte et la lame n'avait absolument pas été atteinte par la rouille. 

Plus de 90 ans après cette découverte, des scientifiques italiens et égyptiens ont annoncé avoir perçu le mystère dans un article publié ce 2 juin dans la revue universitaire Meteorics & Planetary Science

Une météorite nommée Kharga

«Depuis la découverte du poignard en 1925, l'origine météorique du fer de la lame du poignard trouvé dans le sarcophage de l'ancien roi d'Egypte Toutankhamon a été sujette à débat et de précédentes analyses aboutirent à des résultats controversés. Nous avons montré que la composition du métal de la lame, déterminée précisément par méthodes non-invasives de spectrométrie de fluorescence des rayons X* (X-ray fluorescence), accréditait fortement l'origine météorique. En accord avec de précédents résultats d'analyses métallographiques d'artefacts antiques à base de fer de Gerzeh, notre étude confirme que les habitants de l'ancienne Egypte attribuaient une grande valeur au fer de météorique utilisé pour la production d'objets précieux», écrivent notamment les auteurs de l'étude.

Pour parvenir à cette conclusion, ils ont comparé la composition de météorites tombées dans un périmètre de 2.000 km autour de la côte de la mer Rouge de l'Egypte, et ont trouvé le même niveau de cobalt et de nickel dans une météorite. Cette dernière, nommée Kharga, avait été trouvée à 240km d'Alexandrie, dans le port de la ville de Mersa Matruh. 

À lire aussi: De mystérieux tatouages découverts sur des momies de femmes en Egypte

Cette découverte renforce la thèse qui veut que les Egyptiens révéraient les objets célestes qui tombaient sur Terre. L'Egyptologue Joyce Tyldesley avait publié à ce sujet un article dans la revue scientifique Nature en 2013.

«Le ciel était très important pour les Egyptiens de l'époque antique. Quelque chose qui tombait du ciel était considéré comme un cadeau des dieux.»

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le chef du renseignement du Nigeria cachait 43 millions de dollars chez lui  Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays  Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages 

pyramides

Sous les pyramides

Une momie égyptienne vieille de 2.200 ans souffrait d'ostéoporose

Une momie égyptienne vieille de 2.200 ans souffrait d'ostéoporose

Météorite

«Le fer venu du ciel», ressource précieuse de l'Egypte antique

«Le fer venu du ciel», ressource précieuse de l'Egypte antique

Un sex shop dans la pyramide

Non, Cléopâtre n’était pas accro au vibromasseur

Non, Cléopâtre n’était pas accro au vibromasseur

Toutankhamon

AFP

Egypte: "deux mois" pour finir la restauration du masque de Toutankhamon

Egypte: "deux mois" pour finir la restauration du masque de Toutankhamon

Egypte

Pyramides: la découverte d'une chambre funéraire annoncée comme «la découverte du siècle»

Pyramides: la découverte d'une chambre funéraire annoncée comme «la découverte du siècle»

AFP

Egypte: la "nouvelle maison" de Toutankhamon retardée par manque de fonds

Egypte: la "nouvelle maison" de Toutankhamon retardée par manque de fonds