mis à jour le

L'université de Dakar en 1967. Crédit photo: Phillip Capper via Flickr, CC BY 2.0.
L'université de Dakar en 1967. Crédit photo: Phillip Capper via Flickr, CC BY 2.0.

Comment le «mai 1968» oublié de Dakar avait fait vaciller Léopold Senghor

À l'époque, une large part de la population étudiante du campus de l'université de Dakar était française.

Alors que les pavés volaient dans les rues de Paris, mai 1968 aussi enflammait les rues de la capitale du Sénégal, Dakar. Au commencement: une révolte étudiante contre les mesures d’austérité imposées depuis Paris et une réforme du baccalauréat qui diminuait les bourses d’études des étudiants. S’ensuivent trois jours de révolte, du 29 au 31 mai, qui font plusieurs morts.

Léopold Sédar Senghor surprend

«Tout était possible», raconte l’historien Omar Guèye, professeur d’histoire à l’Université Cheikh anta Diop à Dakar et dont le prochain livre retrace en détail cette crise (à paraître aux éditions Karthala). «Mai 1968 fut la seule vraie contestation qui fit chanceler le pouvoir de Léopold Sédar Senghor». Le président du Sénégal surprit par la répression féroce qu’il orchestra, saisissant immédiatement l’armée pour mater les étudiants.

À lire aussi: Les poèmes de Léopold Senghor peuvent enfin être déclamés dans sa langue natale

En 1966 déjà, il avait fermé l’Université lorsque les étudiants avaient manifesté pour la défense du président ghanéen déchu Kwame Nkrumah. Léopold Sédar Senghor avait apaisé la scène politique pour pouvoir organiser le Festival mondial des Arts nègres en 1966. Les conflits resurgirent en 1967, au sein du parti et contre le président, visé par un attentat manqué.

Senghor avait réussi à apprivoiser les syndicats, acteurs clés dans le processus de décolonisation. À l’indépendance, le président avait théorisé «la participation responsable», qui accordait un quota spécifique aux syndicalistes dans le parti, à l’Assemblée nationale et au gouvernement: les syndicats participaient à toutes les instances de décision de la République du Sénégal.

Dakar, Université française en ébullition

Ce sont les étudiants qui mirent le feu aux poudres en mai 1968, comme en France. Senghor profitera de la similitude pour accuser les étudiants de Dakar de «singer» ceux de Paris. La brutalité de la répression, raconte Omar Guèye, s’explique par le fait que l’université était le dernier bastion de l’opposition:

«L’Université de Dakar abritait les membres de partis de gauche radicale dissous à l’indépendance, (devenus) clandestins. Les organisations étudiantes aussi avaient une longue tradition de contestation politique. De plus, l’Université était encore une Université française en 1968. Jusqu’en 1967, il y avait plus d’étudiants français et africains que sénégalais, l’atmosphère même était parisienne, la mode, la musique, le cinéma, les idées circulaient. Senghor savait ce qu’il se passait en France, et il voyait son sort aussi menacé que celui du général De Gaulle. Il a vu les manifestations comme une tentative de renversement, d’où la déclaration de l’état d’urgence et le déploiement de l’armée qui avait ordre de tirer.»

En mai 1968, Leopold Sedar Senghor craint d’être déstabilisé comme le général de Gaulle. Erling Mandelmann/Wikimédias, CC BY-SA

Si la crise s’enflamma si rapidement, c’est que le campus universitaire était une «micro société» où les commerçants, parents ou simples badauds côtoyaient les étudiants, eux-mêmes très liés aux quartiers environnants. «Lorsque l’armée a envahi le campus, souligne l’historien Omar Guèye, c’est tout ce petit monde qui essuya les coups! L’atmosphère était si tendue que dès que les gens ont eu vent de la répression, tous les quartiers périphériques sont sortis !»

Les syndicats décidèrent in extremis de se joindre au mouvement, pour protester contre la violence d’État et soutenir les étudiants grévistes. Mais la solidarité de circonstance entre étudiants et ouvriers ne déboucha pas sur une unité organique entre leurs deux mouvements. Au Sénégal, comme en France, étudiants et syndicalistes appartenaient à deux mondes distincts :

«Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, quand on était étudiant, on se destinait à être futur cadre, rappelle Omar Guèye. C’était une sorte de "gauche caviar", traversée par de multiples courants idéologiques. Les syndicats aussi manquaient de cohésion, et la prise de décision politique était bien plus compliquée. D’ailleurs c’est la section de Dakar qui a imposé la grève à la direction nationale.»

Senghor le comprit vite, et engagea des négociations avec les syndicats pour briser l’alliance avec les étudiants.

Le soutien déterminant des marabouts

Il fallait aussi reconquérir les masses, et parmi elles, les parents d’élèves tentés de soutenir leurs enfants. Senghor, qui se montra fin stratège, avait à disposition un propagandiste de taille, Ousseynou Seck, le présentateur de l’unique radio de l’époque, connu pour ses discours forts en verbes et en images. La propagande se faisait le soir, quand les notables du quartier venaient à la mosquée pour la dernière prière :

«Là, on disait que les jeunes sont en train de suivre les étudiants de Paris, qui sont dirigés par un allemand, qui s’appelle «con-bandit»! C’était, bien sûr, la déformation de Cohn-Bendit. Et là je le dis en français, mais imaginez l’effet sur des gens qui ne sont jamais allés à l’école! Senghor avait aussi reçu le soutien des marabouts, qui contrôlaient l’arrière-pays et envoyaient des messages de paix, même si, finalement, la grève étudiante continua.»

La répression, la propagande et les négociations parallèles avec les syndicats épuisèrent le mouvement. Selon Guèye, la crise a révélé un président Senghor bien plus autoritaire que son aura de poète laisse croire :

«Tout au départ lui était défavorable, mais il se montra très dur avec ses opposants, reprenant en main l’armée, son parti (il rappelle les anciens, qui étaient mêlés à des affaires de corruption mais contrôlaient la base populaire dont il avait besoin), et organise les jeunesses du parti et leurs milices. En même temps, Senghor abdique sur toutes les revendications des ouvriers dès le mois de juin (dont l’augmentation des salaires, bloqués depuis les indépendances). Coup de théâtre quelques mois plus tard: il négocie avec les étudiants et «capitule» sur tous les points. Il a tellement bien repris en main la situation qu’un an plus tard, une nouvelle grève des étudiants sera un véritable échec.»

Par ailleurs, Senghor cherchait peut-être à soigner son image à l’étranger, puisqu’en septembre, il allait recevoir le prix de la paix attribué par l’association des libraires à Francfort, qu’il est allé chercher malgré les manifestations organisées par Daniel Cohn-Bendit, qui fut arrêté.

Détonateurs de crise

Que nous apprend ce passé de protestations, à l’heure des manifestations en France contre la loi travail du gouvernement Hollande ou du mouvement Nuit debout qui peine à s’affirmer? Omar Guèye répond en historien prudent :

«De fait, l’Université pose des questions de société, et a toujours joué cette fonction de veille. Il faut un mouvement politique pour en prendre le relais, mais ce genre de mouvement porte en lui une insuffisance organique qui l’empêche de conquérir ou d’exercer le pouvoir, ce qui n’est pas d’ailleurs sa vocation.»

«En 1968, l’Université à Dakar comme à Paris était devenu un lieu de formation et d’information politique, elle était une sorte de miroir où chacun pouvait se voir. Aujourd’hui, même au Sénégal, l’Université est bien trop souvent paralysée par de multiples turbulences, dont les grèves. Finalement, les jeunes, et les étudiants en particulier, sont plus des détonateurs de crise qu’une force sociale que l’on cherche d’ailleurs toujours à contrôler.»

                                                     ************

The Conversation

Par Anaïs Angelo, Ph.D. Researcher in African Postcolonial History, European University Institute

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

université

Nord-Sud

Les universités africaines souffrent encore d’une colonisation de l’esprit

Les universités africaines souffrent encore d’une colonisation de l’esprit

AFP

Alger: ouverture d'une université populaire créée par des catholiques

Alger: ouverture d'une université populaire créée par des catholiques

Sciences

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement