mis à jour le

Guinée-Bissau: le président Vaz limoge son gouvernement

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a relevé de ses fonctions le gouvernement et demandé au parti au pouvoir de lui proposer une nouvelle équipe, afin de sortir le pays de la crise politique, dans un message à la nation jeudi.

M. Vaz a ainsi renvoyé la balle dans le camp de sa formation, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), dont le chef, son ancien Premier ministre Domingos Simoes Pereira, l'invitait plutôt à dissoudre le Parlement et convoquer des élections anticipées.

"J'ai pris une décision qui responsabilise les partis politiques en leur donnant l'occasion de prouver qu'ils placent l'intérêt supérieur de la Nation et du peuple au-dessus de leurs intérêts personnels ou de groupe ou de parti", a-t-il déclaré dans cette allocution retransmise par les radios et télévisions.

"Il reviendra au parti qui a remporté les élections législatives la responsabilité de proposer un gouvernement capable de mériter la confiance de la majorité parlementaire", a dit le président Vaz, en référence au PAIGC.

Le parti au pouvoir a entamé une réunion pour décider des suites à donner à cette annonce. Les ministères ont été placés sous le contrôle des forces de sécurité, selon des témoins et des sources de sécurité.

Le chef de l'Etat a expliqué avoir choisi entre trois options pour surmonter la crise: un remaniement en profondeur du gouvernement dirigé depuis septembre 2015 par Carlos Correia, un vétéran du PAIGC, des élections anticipées, ou la formation d'un nouveau gouvernement.

"Les élections législatives anticipées ne sont pas un moyen adéquat pour résoudre les problèmes de discipline, de cohésion et d'unité interne des partis politiques", a-t-il affirmé. 

La crise a éclaté en août 2015 lors du limogeage par M. Vaz de M. Pereira, son Premier ministre depuis quatorze mois, décision rejetée par le PAIGC. D'après leurs entourages, les deux hommes ne s'entendaient pas sur la manière de diriger le pays, notamment au sujet de la corruption.

Elle a semblé se régler avec la nomination de M. Correia, sur proposition du PAIGC, avant de se rallumer lors de l'échec de la déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre en décembre, en raison de l'abstention de 15 députés frondeurs, qui ont depuis été exclus du parti, désormais privé de majorité parlementaire.

La Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise d'environ 1,6 million d'habitants, a connu de nombreuses tentatives de coups d'Etat, réussies ou manquées, dans lesquelles les militaires ont généralement joué un rôle prépondérant.

AFP

Ses derniers articles: Perpétuité pour Habré: "message aux dictateurs et tournant pour l'Afrique"  Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud  Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré 

gouvernement

AFP

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

AFP

Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré

Burkina: ouverture et renvoi du procès du dernier gouvernement Compaoré

AFP

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

Mali: le ministre de la Défense nommé chef du gouvernement

limogé

AFP

En Afrique du Sud, Zuma limoge son ministre des Finances

En Afrique du Sud, Zuma limoge son ministre des Finances

AFP

Gambie: le chef de l'armée Ousman Badjie limogé

Gambie: le chef de l'armée Ousman Badjie limogé

AFP

Malawi: le ministre de l'Agriculture limogé pour corruption

Malawi: le ministre de l'Agriculture limogé pour corruption

président

AFP

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président