mis à jour le

RD Congo: l'opposant Katumbi se présente

L'opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année en République démocratique du Congo, s'est présenté lundi au palais de justice de Lubumbashi avec des centaines de partisans pour répondre à une convocation judiciaire, selon un journaliste de l'AFP.

Ancien gouverneur du Katanga, M. Katumbi est arrivé au palais de justice peu après 10H00 (08H00 GMT) au siège du parquet de Lubumbashi (sud-est).

Des centaines de personnes scandant des slogans à sa gloire ou hostiles au président congolais Joseph Kabila ont été contenus sans violence à environ 300 mètres du bâtiment.

Accompagné de son épouse, d'alliés politiques, de ses avocats, et de joueurs de son club de football, TP Mazembe, M. Katumbi a pénétré dans l'immeuble avec une centaine de personnes.

Il avait été convoqué à 10H00 pour répondre devant un magistrat chargé de l'enquête d'accusations de "recrutement de mercenaires étrangers", dont plusieurs Américains.

Le magistrat est arrivé au palais vers 11H00 et l'audition de M. Katumbi a commencé a huis clos.

Le climat politique est très tendu depuis des mois en RDC en raison de l'incertitude liée au très probable report de l'élection présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année. 

Aux termes de la Constitution, M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, et dont le mandat finit en décembre, n'a pas le droit de se représenter.

justice

AFP

En Afrique du Sud, l'ex-président Zuma devant la justice pour corruption

En Afrique du Sud, l'ex-président Zuma devant la justice pour corruption

AFP

RDC: le roi du pain

RDC: le roi du pain

AFP

L'ONU quitte le Liberia en y laissant la paix mais pas la justice

L'ONU quitte le Liberia en y laissant la paix mais pas la justice

partisans

AFP

L'EI muet sur le massacre en Egypte, dénoncé même par des partisans

L'EI muet sur le massacre en Egypte, dénoncé même par des partisans

AFP

Kenya:

Kenya:

AFP

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation

Maroc: le procès des partisans du mouvement de contestation