mis à jour le

Des clients grimpent dans un mini-bus collectif à Nairobi, en 2008. Crédit photo: YASUYOSHI CHIBA / AFP
Des clients grimpent dans un mini-bus collectif à Nairobi, en 2008. Crédit photo: YASUYOSHI CHIBA / AFP

Choisissez les meilleures heures pour marcher dans les rues de Nairobi sans vous faire écraser

Circuler à pied dans la capitale kényane est plutôt dangereux.

Comme beaucoup de mégalopoles africaines, Nairobi est un lieu dangereux pour les piétons. Les passages piétons – sauf dans le quartier des affaires – ne sont pas fréquents, les automobilistes sont indisciplinés et les infrastructures ne sont pas toujours adaptées à la forte croissance du parc automobile dans le pays. 

Dans un rapport publié en 2012, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rapportait que le nombre de personnes tuées dans des accidents de la route avait été multiplié par cinq au Kenya, avec entre 3.000 et 13.000 victimes – un flou statistique effrayant – par an. Le site d'informations Quartz rapporte de plus, que quasiment la moitié des 3.000 personnes qui meurent chaque année sur la route dans le pays sont des piétons, alors que ce ratio n'est «que» de 39% en moyenne sur le continent africain. 

À lire aussi sur Slate Afrique: Le drame humain de l'insécurité routière en Afrique

Heure de pointe

Moi-même lors d'un voyage à Nairobi il y a quelques années, j'ai plusieurs fois frissonné pour mes jambes en traversant en courant un axe de circulation en l'absence de passage piéton. À bord des mini-bus collectif, la sécurité est tout aussi précaire – pour rejoindre une autre portion d'autoroute en arrivant à Nairobi, notre véhicule avait traversé sur quelques dizaines de mètres un terrain en friche. 

Mais revenons à notre sujet: les piétons qui se baladent dans la capitale kényane. Le site theatlas.com a conçu un graphique très clair à partir des données des accidents de la route recensées à Nairobi par la plateforme de data Ma3route. On peut y voir quelles sont les heures les plus accidentogènes de la journée pour les bipèdes comme nous. 

Sans surprise, on voit que les accidents sont les plus nombreux vers 7h du matin: c'est l'heure de pointe quand les citadins se rendent à leur travail en voiture ou à pied, et comme les routes et les trottoirs sont bondés: fatalement les accidents se multiplient. On observe tout de même que le nombre d'accidents est alarmant, avec en moyenne 400 accidents de la route par heure en début de matinée, et un peu plus de 300 le soir vers 5 heures. 

Interrogée par Quartz, Elizabeth Resor, la responsable de la plateforme Ma3route, a indiqué que près de la moitié des accidents impliquant des piétons ont lieu à l'intérieur d'un périmètre de 500 mètres autour de passerelles piétonnes qui surplombent des axes routiers. Un signe que les piétons «ne se sentent pas assez en sécurité lorsqu'ils utilisent des passerelles», note Elizabeth Resor.   

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

Nairobi

AFP

Soudan du Sud: Nairobi accuse l'ONU d'avoir cédé

Soudan du Sud: Nairobi accuse l'ONU d'avoir cédé

AFP

La grand-messe des relations nippo-africaines s'ouvre

La grand-messe des relations nippo-africaines s'ouvre

AFP

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

sécurité routière

Sécurité routière

Le drame humain de l'insécurité routière en Afrique

Le drame humain de l'insécurité routière en Afrique

La rédaction

lls sont tous fous de vitesse en Algérie

lls sont tous fous de vitesse en Algérie

L'EXPLICATION

Pourquoi les routes marocaines sont si meurtrières?

Pourquoi les routes marocaines sont si meurtrières?