mis à jour le

Côte d'Ivoire: les patrons français

Les entreprises françaises veulent nouer un partenariat "durable et gagnant-gagnant" en Côte d'Ivoire où la part de marché de l'Hexagone a chuté de moitié en une décennie, a annoncé mardi à Abidjan, le président de l'organisation patronale (Medef), Pierre Gattaz.

Si la France reste "le premier investisseur en Côte d'Ivoire", sa part de marché y a nettement baissé, passant de 28% à 11% en dix ans, a déclaré M. Gattaz à la tête d'une délégation de 150 chefs d'entreprise, la plus grosse mission depuis 20 ans dans le pays.

"La France doit se réveiller (...) Si on ne fait rien, si on ne bouge pas, si on reste terrorisé en France par la mondialisation, ca va aller de mal en pis", a-t-il poursuivi, lors d'une conférence de presse.

Pour M. Gattaz, les politiques français ont un rôle à jouer pour soutenir la reconquête du marché. 

"Le rôle des politiques est important, à savoir jouer gagnant-gagnant, surtout sans arrogance. Il faut être humble", a-t-il déclaré.

Le Mouvement des entreprises de France (Medef, patronat) qui conduit depuis lundi une "première grande délégation" de chefs d'entreprise en Côte d'Ivoire, ambitionne de "revenir dans le peloton de tête" des entreprises étrangères implantées dans le pays.

Sur les 150 chefs d'entreprises présents à Abidjan pour quatre jours, 75% représentent des PME qui vont établir avec les PME ivoiriennes un "partenariat dans la durée et en mode gagnant-gagnant".

"Il ne faut être là pour six mois (...) il faut y être pour les dix, vingt et cinquante prochaines années et construire dans la durée", a assuré M. Gattaz.

"Il faut venir s'installer en Côte d'Ivoire", a lancé de son côté le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI, le patronat), Jean-Baptiste Kacou Diagou.

"A partir de la Côte d'Ivoire, vous avez une plate-forme qui peut vous permettre de rayonner facilement dans toute l'Afrique de l'Ouest", a-t-il assuré.

La Côte d'Ivoire, première puissance économique d'Afrique francophone, dit compter sur les entreprises françaises pour la transformation industrielle de ses produits agricoles.

Selon les chiffres officiels, "640 entreprises françaises sont présentes en Côte d'Ivoire, représentant un tiers du produit intérieur brut".

La France est le premier investisseur en Côte d'Ivoire avec 800 entreprises, dont 160 représentant de grands groupes" hexagonaux, notamment dans les secteurs de la banque, du BTP ou du transport, avait déclaré  récemment le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan.

Les 160 entreprises, qui emploient "près de 35.000 personnes", contribuent à hauteur de 50% aux recettes de l'Etat en matière d'impôt sur les bénéfices, leurs chiffres d'affaires cumulés représentant environ 30% du PIB du pays, avait évalué M. Duncan.

Quelque 400 PME de droit local ont par ailleurs été créées par des entreprises ou ressortissants français, de même source.

AFP

Ses derniers articles: Kenya: quatre personnes tuées dans un raid contre leur village  L'Afrique du Sud s'oppose  Ping demande aux Gabonais "de se lever comme un seul homme" contre Bongo 

Abidjan

AFP

Côte d'Ivoire: fin des 8e jeux de la Francophonie

Côte d'Ivoire: fin des 8e jeux de la Francophonie

AFP

Côte d'Ivoire: tirs

Côte d'Ivoire: tirs

AFP

Côte d'Ivoire: 7 morts

Côte d'Ivoire: 7 morts

français

AFP

Burkina: au moins un Français tué, enquête antiterroriste pour assassinat ouverte

Burkina: au moins un Français tué, enquête antiterroriste pour assassinat ouverte

AFP

Le corps démembré d'un Français retrouvé au Maroc

Le corps démembré d'un Français retrouvé au Maroc

AFP

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

marche

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Maroc: la police disperse les rassemblements

Maroc: la police disperse les rassemblements

AFP

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby

Tchad: le contrat avec Glencore, "un marché de dupes", selon le président Deby