mis à jour le

Un rhinocéros sous sédatif dans la réserve de Klerksdorp, le 3 février 2016. Crédit photo: MUJAHID SAFODIEN / AFP
Un rhinocéros sous sédatif dans la réserve de Klerksdorp, le 3 février 2016. Crédit photo: MUJAHID SAFODIEN / AFP

Et si le seul moyen de sauver les rhinocéros était de les envoyer en Australie?

Une idée pas si loufoque que ça.

Depuis quelques années, l'explosion du braconnage des rhinocéros, principalement en Afrique du Sud, menace la survie de l'espèce à court terme. Un chiffre: en 2007 moins de 100 rhinocéros sont morts du braconnage, contre plus de 1.000 par an depuis 2013. Et 80% de la population mondiale de l'espèce vit en Afrique du Sud. 

À lire aussi sur Slate Afrique: Le florissant business des ONG anti-braconnage

Au sud du continent, tout a été tenté ou presque pour mettre fin à cette tuerie. Des ONG anti-braconnage forment des rangers sur le terrain avec des méthodes importées de l'armée américaine, une armée privée protège la plus grande ferme à rhinocéros au monde à Klerksdorp, des drones survolent le parc national du Kruger pour détecter toute intrusion de braconniers, des snipers défendent les hordes au Kenya, et la justice sud-africaine a même levé le moratoire commercial sur la vente de corne de rhinocéros sur le marché intérieur.

65.000 dollars le kilo

Mais rien n'y fait, toujours plus d'animaux tombent sous les balles. La faute au prix de la kératine, la poudre contenue dans la corne de rhinocéros, dont le prix a atteint 65.000 dollars le kilo sur le marché asiatique où l'on croit dur comme fer aux vertus médicinales de la kératine. 

À lire aussi sur Slate Afrique: En Afrique du Sud, des drones au secours de la lutte anti-braconnage

Une solution miracle existe peut-être cependant pour protéger le rhinocéros de l'extinction: envoyer de nombreux individus de l'espèce.... en Australie. C'est ce que proposent très sérieusement plus organisations de protection de la faune, comme le rapporte le site Quartz.

Pas un aller simple

Deux groupes pour la conservation de l'espèce, l'un australien, l'autre sud-africain, mènent ce projet un peu fou en avançant que, «les animaux pourraient revenir en Afrique une fois que leur population aura augmenté et que la demande pour la corne de rhinocéros aura diminuée.»

Pour Wouter van Hoven, le directeur de l'organisation South Africa's Rhinos, Elephants, People (ERP) qui planche sur le projet, d'autres rhinocéros pourraient être envoyés au Texas ou en Floride. «Les braconniers vont là où c'est facile de chasser. C'est plus facile de braconner des rhinocéros en Afrique qu'en Australie ou aux Etats-Unis», a confié à l'agence de presse Reuters, Wouter van Hoven.

Après tout, devant la gravité de la situation, il n'y a plus grand-chose à perdre pour sauver les rhinocéros. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

braconnage

Wildlife

Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction

Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction

AFP

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Le braconnage des éléphants prive le tourisme africain de 25 millions de dollars

Wildlife

Comment le braconnage change l'anatomie des éléphants

Comment le braconnage change l'anatomie des éléphants

rhinocéros

AFP

Afrique du Sud: le bilan écorné des "Mambas noires" dans leur lutte pour sauver les rhinocéros

Afrique du Sud: le bilan écorné des "Mambas noires" dans leur lutte pour sauver les rhinocéros

AFP

Zimbabwe: 700 rhinocéros vont être décornés pour lutter contre le braconnage

Zimbabwe: 700 rhinocéros vont être décornés pour lutter contre le braconnage

Wildlife

Au Zimbabwe, des braconniers appartiennent à la police secrète

Au Zimbabwe, des braconniers appartiennent à la police secrète