mis à jour le

Mali: l'armée et des milices tuent injustement des Peuls pris pour des jihadistes

L'armée et des milices au Mali tuent et arrêtent "injustement" des civils peuls pris pour des jihadistes, a dénoncé dimanche une association malienne regroupant des membres de cette ethnie.

"Des milices formées par des jeunes de villages du Centre du Mali et l'armée malienne font l'amalgame et arrêtent ou tuent des Peuls pris pour des jihadistes. Ces dernières semaines, plus de quinze civils peuls ont été tués comme ça", a déclaré dimanche à la presse Oumar Aldjana, un responsable de l'association "Kawral poulakou" (l'union des Peuls, en langue pulaar), qui revendique plusieurs milliers de membres.

Une dizaine de civils peuls, "injustement" accusés d'être des jihadistes, ont également été arrêtés ces dernières semaines dans le Centre du Mali, a dit M. Aldjana lors d'une conférence de presse.

"On prend parfois tous les Peuls pour des jihadistes, mais c'est faux. Il ne faut pas faire d'amalgame. Nous sommes fiers d'être des Maliens mais nous sommes aussi fiers d'être Peuls".

"Sur les cas de tueries de civils peuls, je n'ai aucun élément pour répondre mais j'insiste : notre armée est respectueuse des droits de l'homme. Donc, je ne confirme pas ces tueries", a répondu à l'AFP une source militaire, demandant à ne pas être citée nommément.

L'association "Kawral poulakou" affirme par ailleurs soutenir l'accord d'Alger, pour le retour de la paix dans le nord du Mali, signé en mai-juin 2015 entre le camp gouvernemental et l'ex-rébellion à dominante touareg.

Elle s'est engagée à travailler au retour "au sein de la République" du Mali de certains jeunes peuls qui ont intégré les rangs des islamistes du "Front de libération du Macina" (FLM).

Le FLM, un groupe basé dans le centre du Mali, apparu début 2015, est dirigé par le prédicateur radical malien Amadou Koufa, un Peul.

Le FLM est allié au groupe jihadiste malien du nord du pays Ansar Dine. Ces deux groupes revendiquent régulièrement des attaques dans le Nord et le Centre.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

AFP

Ses derniers articles: La RD Congo autorise des tests de vaccin anti-Ebola  Maroc: fin de cavale pour un leader de la contestation  Un "dirigeant" du groupe EI en Tunisie tué dans une embuscade 

jihadistes

AFP

Mali: une école saccagée et incendiée par des jihadistes présumés

Mali: une école saccagée et incendiée par des jihadistes présumés

AFP

Tchad: 9 soldats et 40 jihadistes tués dans une attaque de Boko Haram

Tchad: 9 soldats et 40 jihadistes tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Mali/Burkina: l'opération française contre des jihadistes "pas terminée"

Mali/Burkina: l'opération française contre des jihadistes "pas terminée"

l'armée

AFP

Tunisie: l'armée tire en l'air pour repousser des manifestants

Tunisie: l'armée tire en l'air pour repousser des manifestants

AFP

Nigeria: une autre adolescente de Chibok retrouvée par l'armée

Nigeria: une autre adolescente de Chibok retrouvée par l'armée

AFP

Soudan du Sud: cafouillage autour du changement de nom de l'armée

Soudan du Sud: cafouillage autour du changement de nom de l'armée

milices

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

AFP

Soudan du Sud: de nouvelles milices ont vu le jour

Soudan du Sud: de nouvelles milices ont vu le jour