mis à jour le

Obiang Nguema, chef d'une Guinée hantée par les horrreurs passées

Teodoro Obiang Nguema, qui sera réélu dimanche sans coup férir à la tête de la Guinée équatoriale, dirige sans partage depuis 1979 ce petit Etat pétrolier d'Afrique centrale toujours hanté par les années de terreur brute de son prédécesseur, Francisco Macias Nguema.

Doyen des chefs d'Etat en exercice du continent pour la longévité au pouvoir, le président sortant est arrivé au pouvoir par un coup d'Etat mené par des officiers qui ont renversé Macias Nguema qui était à la tête du pays depuis l'indépendance de l'Espagne en 1968.

Avec une idéologie explosive faite de franquisme tropicalisé, de nationalisme à tout crin et d'exaltation de la pureté ethnique, ce dernier avait précipité la Guinée dans la terreur, multipliant meurtres et exactions contre la population, contrainte à l'exil en masse vers les Etats voisins.

Cette terreur, qui a épargné peu de familles, a durablement traumatisé le pays. A la tête de la junte, Teodoro Obiang Nguema fait fusiller Macias Nguema, son oncle. De cet épisode, il gardera la hantise du putsch et s'appliquera à bâtir des services de sécurité omnipotents qui quadrillent l'espace public sous son autorité directe.

- Une revanche pétrolière -

D'abord chef d'un pays sans grandes ressources, sa réputation sulfureuse lui vaut longtemps d'être considéré avec méfiance par ses pairs, et parfois avec condescendance dans les sommets régionaux. Obiang Nguema n'a pas d'avion et il est régulièrement transporté à bord des appareils de ses voisins. La découverte de pétrole dans les eaux équato-guinéennes au début des années 1990 va changer la donne.

Quelques années plus tard l'argent du pétrole coule à flots. La Guinée équatoriale est régulièrement désignée parmi les pays les plus corrompus de la planète et la famille présidentielle mise en cause.

Mais le chef de l'Etat - qui affiche son mépris pour toutes les critiques "occidentales" de sa gestion et des violations des droits de l'homme commises par les forces de l'ordre - n'en a cure. Malabo devient une étape incontournable pour les chefs d'Etat aux fins de mois difficiles, ce fut encore récemment le cas de la présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba Panza.

Son ancienneté au pouvoir lui assure désormais un rang de choix parmi les chefs d'Etat du continent et les pétro-CFA lui permettent d'organiser sommets et manifestations internationales. Comme en 2015 avec le sommet de l'Union africaine, puis l'organisation au pied levé, après la défection du Maroc, de la Coupe d'Afrique des nations de football.

- Vers une succession familiale -

Teodoro Obiang Nguema, né le 5 juin 1942 dans une famille modeste et décrit comme un enfant timide et taciturne, savoure avec sa famille - omniprésente dans les rouages politiques et économiques - son ascension sociale débutée dans les années 60 dans l'armée coloniale.

S'il assure que ce mandat sera le dernier - les Equato-Guinéens le vérifieront dans sept ans - le pouvoir semble destiné à demeurer dans le giron familial.

Son fils Teodorin, surnommé Teodorino, est le deuxième vice-président du pays. Connu pour ses frasques et mis en cause à l'étranger, notamment en France, dans plusieurs affaires de détournements de fonds publics, il joue depuis quelques années un rôle politique de plus en plus important à Malabo, tant dans le gouvernement que dans le parti au pouvoir. Faisant de lui un très possible dauphin.

"La Guinée équatoriale n'est pas une monarchie mais un Etat démocratique", assure le président dans un entretien à l'hebdomadaire Jeune Afrique paru cette semaine: "contrairement à l'image que les Occidentaux se font de lui, mon fils est un afficionado de la politique".

"S'il réussit en politique je n'y peux rien", ajoute-t-il: "en revanche, il serait injuste que son talent ne soit pas récompensé".

AFP

Ses derniers articles: CAN-2017: le Gabon abandonne "sa" CAN face au Cameroun  CAN-2017:  CAN-2017: le Cameroun et le Burkina en quarts, le Gabon déj 

chef

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

Côte d'Ivoire: "l'image de Gbagbo, un handicap", selon le chef du parti d'opposition

Côte d'Ivoire: "l'image de Gbagbo, un handicap", selon le chef du parti d'opposition

AFP

Mali: le procès du chef de l'ex-junte  Sanogo renvoyé

Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé

Guinée

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

"Biens mal acquis": le fils du président de Guinée équatoriale sera jugé en France

"Biens mal acquis": le fils du président de Guinée équatoriale sera jugé en France

AFP

Guinée équatoriale: Obiang, le fils du président renvoyé en procès

Guinée équatoriale: Obiang, le fils du président renvoyé en procès

obiang

AFP

CAN: les Gabonais Lemina et Obiang forfait pour le reste de l'épreuve

CAN: les Gabonais Lemina et Obiang forfait pour le reste de l'épreuve

AFP

"Biens mal acquis": le procès de Teodorin Obiang reporté en juin

"Biens mal acquis": le procès de Teodorin Obiang reporté en juin

AFP

"Biens mal acquis": décision sur un éventuel report du procès Obiang

"Biens mal acquis": décision sur un éventuel report du procès Obiang