mis à jour le

Une affiche de campagne du gouvernement pour promouvoir sa lutte anti-Boko Haram, le 3 juillet 2015. Photo: PIUS UTOMI EKPEI/AFP
Une affiche de campagne du gouvernement pour promouvoir sa lutte anti-Boko Haram, le 3 juillet 2015. Photo: PIUS UTOMI EKPEI/AFP

Deux ans après Chibok, les enseignants sont devenus les premières victimes de Boko Haram

Il y a deux ans étaient enlevées les 276 lycéennes de Chibok.

C'est l'une des cibles prioritaires de Boko Haram qui terrorise toujours le nord-est du Nigeria: l'éducation. Malgré son recul sous les coups de boutoir de la coalition militaire menée par les pays de la région du lac Tchad (Nigeria, Cameroun, Niger, Tchad), le groupe terroriste perd du terrain mais conserve son pouvoir de nuisance. 

Il y a deux ans, dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, des combattants de la secte islamique attaquaient le lycée de la ville de Chibok et enlevaient 276 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans. Dans les jours suivants, une cinquantaine d'entre elles parviendront à fuir de la forêt de Sambisa, l'un des fiefs de Boko Haram. Mais depuis, c'est silence radio. Malgré les opérations militaires de l'armée nigériane, les lycéennes n'ont jamais été retrouvées. 

Et au Nigeria, le cycle de violence se poursuit. Les terroristes poursuivent toujours le même but: imposer leur vision de l'islam et du monde aux habitants de la région. C'est pour cela, que, deux ans après Chibok, les symboles et les représentants de l'enseignement scolaire sont toujours des cibles privilégiées pour Boko Haram. 

Dans un rapport publié le 11 avril, l'ONG Human Rights Watch (HRW) rapporte que l'action du groupe islamique a un effet dévastateur sur l'éducation. «Le conflit a laissé presque un million d’enfants sans accès, ou presque, à l’école, tandis que les forces de sécurité nigérianes ont aussi contribué au problème en utilisant des écoles comme bases militaires, exposant encore plus les enfants aux attaques du groupe armé islamiste», note HRW. 

«Près d'un million d'enfants ont un accès limité ou pas d'accès du tout à l'école dans le nord-est du Nigeria».

La Terre n'est pas plate

Les chiffres recueillis sur le terrain par l'ONG donnent une idée de l'ampleur des dégâts provoqués. Entre 2009 et 2014, les attaques ont détruit plus de 910 écoles dans les états fédéraux de Borno, Yobe et Kano, les plus touchés par Boko Haram, et 1.500 autres ont été fermées pour des raisons de sécurité. Les enseignants comptent eux au premier rang des victimes: au moins 611 ont été tués «délibérément», et 19.000 ont quitté leur poste à cause des menaces. 

Dans un long article, le journal britannique The Telegraph explique notamment pourquoi les professeurs de géographie sont parmi les plus menacés par la secte islamique. 

«Les professeurs de cette matière sont devenus une improbable cible de premier ordre pour le groupe terroriste car leur enseignement contredit la vision bizarre de Boko Haram sur comment la Terre s'est formée. Ils croient que la Terre est plate plutôt que sphérique et que la pluie n'est pas causée par l'évaporation mais par la volonté de Dieu. Ainsi, les professeurs de géographie figurent, comme les responsables sécuritaires ou les dirigeants politiques,parmi les cibles principales de Boko Haram», écrit The Telegraph.

Dans son rapport, HRW cite plusieurs exemples d'enseignants ciblés par des attaques de Boko Haram. Comme en mars 2013 lors de l'assaut contre une école primaire de Yerwa où des hommes armés étaient allés «directement» dans les bureaux du professeur principal et l'avaient abattu à bout portant. 

«Toi, tu veux l'école des Blancs»

La lutte contre le monde scolaire est depuis toujours au coeur de l'idéologie de Boko Haram – qui signifie d'ailleurs «l'éducation occidentale est un péché». Mais c'est à partir de l'année 2012 que le groupe terroriste a commencé à multiplier les attaques contre des établissements scolaires.

«J'ai été le premier à être menacé», confie à Libération, qui a consacré un dossier spécial à Boko Haram ce 12 avril, Biri Kassoum Moustapha, le directeur de l'école de Tam, un village à la frontière entre le Niger et le Nigeria. «Ils me menaçaient directement sur mon portable: "Toi, tu veux l'école des Blancs. Tu vas être égorgé et on va partir avec tes élèves"», ajoute t-il.

Pour HRW, ces attaques répétées de Boko Haram contre l'éducation au Nigeria tue non seulement des vies, mais pénalise aussi toute une génération d'enfants privés d'enseignement. 

«Dans sa violente croisade contre l’éducation influencée par les valeurs occidentales, Boko Haram prive une génération entière d’enfants du nord-est du Nigeria de leur droit à l’éducation», affirme dans le rapport d'HRW, Mausi Segun, chercheuse sur le Nigeria. «Le gouvernement devrait fournir d’urgence des moyens de scolarisation adaptés à tous les enfants touchés par le conflit.»

Comme tant d'autres, le directeur de l'école de Tam a fermé définitivement la porte de son école. «On a laissé l'école comme ça. On a juste fermé à clé et on est partis», a t-il dit à Libération.

Camille Belsoeur

Journaliste à Slate Afrique. 

Ses derniers articles: Le roi du Maroc accusé d'avoir ignoré des preuves de violences policières dans le Rif  Un fossile de dinosaure marocain découvert... sur Facebook  L'élection présidentielle annulée au Kenya, une avancée pour le continent 

Boko Haram

Social Network

L'immense succès d'un groupe Facebook secret pour les femmes nigérianes

L'immense succès d'un groupe Facebook secret pour les femmes nigérianes

Otages

Le Nigeria a refusé que des militaires britanniques libèrent les filles de Chibok

Le Nigeria a refusé que des militaires britanniques libèrent les filles de Chibok

Zone de guerre

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

djihadisme

Djihadisme

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Tunisie

Les mensonges d'une agence de voyage britannique aux victimes de l'attaque de Sousse

Les mensonges d'une agence de voyage britannique aux victimes de l'attaque de Sousse

Crise

Le Mali a nouveau menacé par les groupes djihadistes

Le Mali a nouveau menacé par les groupes djihadistes

terrorisme

AFP

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Terrorisme

L'Etat islamique menace l'Algérie

L'Etat islamique menace l'Algérie

IRL

La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV

La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV