mis à jour le

Soudan du Sud: le chef des rebelles, Riek Machar, annonce son retour

Le chef de la rébellion sud-soudanaise, Riek Machar, a annoncé jeudi qu'il retournerait le 18 avril à Juba, la capitale du Soudan du Sud, pour y former un gouvernement de transition avec le président Salva Kiir, conformément à l'accord de paix signé en août 2015.

"Je confirme que ma date d'arrivée sera le 18 avril et qu'ensuite, je formerai avec le président Kiir un gouvernement transitoire d'union nationale et participerai au conseil des ministres national transitoire", a déclaré M. Machar dans une lettre adressée au chef de la Commission de surveillance et d'évaluation (JMEC) de l'accord de paix, l'ancien président botswanais Festus Mogae.

Le retour de M. Machar à Juba entre dans le cadre de l'accord de paix conclu avec M. Kiir le 26 août 2015, qui prévoit un cessez-le-feu et un mécanisme de partage du pouvoir pour mettre fin à plus de deux ans d'une guerre civile dévastatrice.

Riek Machar a été nommé vice-président du Soudan du Sud le 12 février, un poste qu'il occupait déjà au côté de Salva Kiir avant le déclenchement du conflit en décembre 2013. Il n'a plus remis les pieds à Juba depuis le début de la guerre, et a vécu en exil au Kenya et en Ethiopie.

La Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Unmiss) a indiqué mercredi que 802 militaires et policiers du camp rebelle, dont deux généraux, étaient déjà arrivés à Juba, sur un total de 1.370 prévus par l'accord de paix.

Selon cet accord, MM. Kiir et Machar doivent se partager le pouvoir durant une "période transitoire" de trente mois à l'issue de laquelle se tiendront des élections.

Les Nations unies poussent les deux hommes à le mettre rapidement en ½uvre, pour éviter que les combats, qui n'ont jamais cessé, ne se propagent encore plus. 

Le patron des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, a indiqué en début de semaine qu'ils s'étendaient maintenant aux Etats de Jonglei, d'Equatoria-Occidental, du Bahr el-Ghazal occidental et à Malakal, la capitale de l'Etat du Haut-Nil.

Le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en juillet 2011, sur les ruines de décennies de conflit avec Khartoum, avant de replonger deux ans et demi plus tard dans la guerre en raison de dissensions politico-ethniques au sein de l'armée, alimentées par la rivalité entre MM. Kiir et Machar.

Plus de 2,3 millions de personnes ont été chassées de chez elles et des dizaines de milliers tuées par la guerre et les atrocités dont les deux camps se sont rendus coupables.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire: grossesses  Un Africain pour la première fois  Niger: Hawad, poète et peintre furieux 

chef

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram blessé par un bombardement

Nigeria: le chef de Boko Haram blessé par un bombardement

AFP

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

Juba

AFP

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

AFP

Soudan du Sud: Juba accepte le déploiement de Casques bleus supplémentaires

Soudan du Sud: Juba accepte le déploiement de Casques bleus supplémentaires

AFP

Soudan du Sud: Kerry appelle au déploiement dune force de l'ONU

Soudan du Sud: Kerry appelle au déploiement dune force de l'ONU

retour

AFP

Soudan: L'otage français libéré samedi de retour au Tchad

Soudan: L'otage français libéré samedi de retour au Tchad

AFP

RDC: l'épiscopat plaide pour le retour de l'opposant Katumbi

RDC: l'épiscopat plaide pour le retour de l'opposant Katumbi

AFP

Centrafrique:

Centrafrique: