mis à jour le

Préparation d'un meeting de Robert Mugabe, le 7 avril à Harare. Crédit photo: JEKESAI NJIKIZANA / AFP
Préparation d'un meeting de Robert Mugabe, le 7 avril à Harare. Crédit photo: JEKESAI NJIKIZANA / AFP

Le Zimbabwe organise ses jeux paralympiques mais ne paye pas les organisateurs handicapés

Les employés floués ont pris en otages des ministres à l'intérieur du stade de la ville de Gwanda.

Au Zimbabwe, la corruption n'a aucune limite. Dans un pays plongé dans une faillite économique totale – l'inflation était tellement forte que le gouvernement a abandonné la monnaie locale au profit du dollar – et dirigé par un dictateur nonagénaire, Robert Mugabe, la morale est une valeur qu'on piétine allègrement des deux pieds. 

Le très sérieux site américain Foreign Policy a rapporté mercredi 6 avril, que plusieurs haut-commissaires aux sports ainsi que la ministre des Droits des femmes, Abigail Damasane, avaient été retenus en otage pendant près de quatre heures dans le stade de la ville de Gwanda. Qui étaient les preneurs d'otages? Plus de 40 fonctionnaires handicapés qui participaient à l'organisation des jeux paralympiques nationaux, qui se tiennent chaque année.

À lire aussi: Nous sommes tous multi-milliardaires en dollars zimbabwéens

La raison de leur courroux? Selon eux, des fonctionnaires de la Commission nationale du sport et des loisirs, qui organise l'évènement de trois jours, ont détourné une large partie des fonds destinés à l'organisation de ces jeux; et cela de manière particulièrement scandaleuse en dépensant cet argent en spiritueux, repas et loisirs dans des hôtels de luxe. Pendant ce temps-là, leurs collègues handicapés logeaient dans les salles de classe d'une école et devaient payer de leur poche le séjour à Gwanda.

«Donc quand une délégation de ministres et de haut-responsables du gouvernement se sont déplacés dans le stade de Gwanda pour assister aux jeux paralympiques, les travailleurs handicapés ont barricadé les officiels à l'intérieur de l'enceinte avec des fauteuils roulants et ont exigé leur paye», conclut Foreign Policy. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Robert Mugabe

Money money money

Les mystérieuses formations rocheuses imprimées sur les dollars du Zimbabwe

Les mystérieuses formations rocheuses imprimées sur les dollars du Zimbabwe

Old man

Au Zimbabwe, Robert Mugabe veut rester au pouvoir jusqu'à 99 ans

Au Zimbabwe, Robert Mugabe veut rester au pouvoir jusqu'à 99 ans

C'est qui le patron?

«Veux-tu que je te frappe?», a lancé Mugabe à un journaliste qui l'interviewait

«Veux-tu que je te frappe?», a lancé Mugabe à un journaliste qui l'interviewait