mis à jour le

Tunisie: un jihadiste présumé abattu près de la frontière avec l'Algérie

Un jihadiste présumé a été abattu par les forces de sécurité dans le nord-ouest de la Tunisie, près de la frontière avec l'Algérie, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur.

"Les unités de la garde nationale ont pu la nuit dernière abattre un élément terroriste dans la forêt de Seddine, à Sakiet Sidi Youssef", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les forces de l'ordre avaient tendu une "embuscade" à deux jihadistes présumés qui circulaient en moto, selon le texte. Le deuxième homme a été blessé mais a pu prendre la fuite.

Les deux hommes "avaient en leur possession une kalachnikov et deux sacs contenant des explosifs, ainsi que plusieurs produits pour fabriquer des explosifs", a ajouté le ministère.

Le mois dernier, dans cette même région, trois "terroristes" qui ont ensuite pris la fuite avaient ouvert le feu sur un poste de police selon les autorités. Les forces de l'ordre avaient lancé une opération de ratissage dans la foulée.

La Tunisie fait face depuis sa révolution en 2011 à un essor de la mouvance jihadiste qui a tué plusieurs dizaines de policiers et de militaires et une soixantaine de touristes étrangers.

Le pays a été frappé en 2015 par trois attentats majeurs revendiqués par le groupe extrémiste Etat islamique. Le 7 mars, des dizaines de jihadistes lourdement armés ont attaqué des bâtiments des services de sécurité à Ben Guerdane, à la frontière avec la Libye.

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: un ancien Premier ministre lance son parti  100% Afrique: trois soirées de musiques urbaines  Côte d'Ivoire: ONG et victimes dénoncent l'acquittement de Mme Gbagbo 

frontière

AFP

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

AFP

Tchad: réouverture partielle de la frontière avec la Libye

Tchad: réouverture partielle de la frontière avec la Libye

AFP

A la frontière entre l'Ouganda et la RDC, la peur au quotidien

A la frontière entre l'Ouganda et la RDC, la peur au quotidien