mis à jour le

Afrique du Sud: un compagnon de lutte de Mandela appelle le président Zuma

Ahmed Kathrada, un militant anti-apartheid, ancien compagnon de lutte de Nelson Mandela, a appelé samedi le président sud-africain Jacob Zuma, reconnu coupable de violation de la Constitution, à démissionner.

"Aujourd'hui, je demande au président de se soumettre à la volonté du peuple et de démissionner", écrit Ahmed Kathrada, 86 ans, dans cette lettre ouverte datée du 31 mars et publiée samedi dans les médias sud-africains.

Le vétéran, membre du Congrès national africain (ANC, au pouvoir), se joint ainsi au concert de critiques visant le chef d'Etat sud-africain et réclamant son départ. Ces appels à la démission font suite à l'arrêt historique rendu jeudi par la Cour constitutionnelle et estimant que Jacob Zuma n'avait "pas respecté la Constitution" en refusant de rembourser à l'Etat des frais de rénovation de sa propriété privée de Nkandla, dans l'est du pays.

Zuma, qui a longtemps nié toute irrégularité dans le financement public de ces travaux estimés en 2014 à 216 millions de rands (24 millions de dollars à l'époque), a fini par s'excuser vendredi soir, dans un discours télévisé à la nation, d'avoir eu recours aux fonds publics, reconnaissant avoir commis une faute constitutionnelle.

Il a également promis de se conformer à l'arrêt et de rembourser les frais engagés à titre privé. La Cour a en effet jugé que la piscine, le poulailler, l'enclos pour bétail et le centre pour visiteurs du domaine de Nkandla n'étaient en rien liés à la sécurité présidentielle.

"Etes-vous conscient, demande le vétéran au chef de l'Etat, que votre contribution remarquable à la lutte de libération se trouverait sérieusement ternie si votre mandat comme président continuait à être marqué par des crises et une perte de confiance grandissante dans l'ANC et le gouvernement?"

Ahmed Kathrada a rencontré Nelson Mandela en 1952 et rejoint son combat contre les lois de l'apartheid. Avant sa libération en octobre 1989, il a passé 26 ans en prison dont 18 dans celle de Robben Island, où Mandela a été détenu pendant 28 ans.

L'ANC est au pouvoir depuis la victoire de Nelson Mandela aux premières élections post-apartheid en 1994. Agé de 73 ans, Jacob Zuma reste soutenu par le parti anti-apartheid, bien qu'il traîne derrière lui toute une série de scandales. Son second mandat doit s'achever en 2019. 

AFP

Ses derniers articles: La RDC présente une vidéo estimée être celle du meurtre d'experts de l'ONU  Maroc: une journaliste suspendue pour avoir utilisé l'expression "Sahara occidental"  Deux ans de crise violente au Burundi 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: une peinture montre Zuma en train de violer Mandela

Afrique du Sud: une peinture montre Zuma en train de violer Mandela

AFP

Afrique du Sud: 20 écoliers tués dans un accident de bus

Afrique du Sud: 20 écoliers tués dans un accident de bus

AFP

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

Afrique du Sud: lancement d'un mouvement contre le président Zuma

lutte

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

AFP

Ahmed Kathrada, discret héros de la lutte contre l'apartheid

Ahmed Kathrada, discret héros de la lutte contre l'apartheid

AFP

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

Au Zimbabwe, la lutte des veuves spoliées par leur belle-famille

Mandela

AFP

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

Afrique du Sud: la famille Mandela déchirée par l'héritage ANC

AFP

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Les "enfants" de Mandela veulent "décoloniser" la fac

Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida

Seize ans après, Durban se rappelle le discours fort d'un enfant sur le Sida