mis à jour le

Burundi: le Conseil de sécurité vote l'envoi d'une police de l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi à l'unanimité une résolution visant à ouvrir la voie à une présence policière onusienne au Burundi, pour tenter d'apaiser les violences dans ce pays.

Préparée par la France, cette résolution confie au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon le soin de dresser dans les quinze jours une liste des options envisageables pour ce déploiement policier, en collaboration avec le gouvernement burundais et l'Union africaine.

"Nous avons besoin que les Nations unies soient davantage présentes sur le terrain", a affirmé François Delattre, ambassadeur de France à l'ONU, devant le Conseil.

Cette résolution aidera la communauté internationale "à réagir rapidement pour éviter le pire", a-t-il poursuivi.

Ce vote vendredi était incertain en raison de réticences des Etats-Unis, qui estimaient que le Conseil n'avait pas eu assez de temps pour étudier le texte. A la mi-journée, l'ambassadeur de Chine auprès des Nations unies, Liu Jieyi, qui tient la présidence tournante du Conseil en avril, affirmait encore qu'aucun vote n'était prévu.

Sa tenue n'a été annoncée qu'environ une heure avant qu'il ne se tienne, signe de difficiles tractations.

Washington s'inquiétait notamment du langage jugé trop imprécis d'une partie de la résolution appelant les Nations unies à aider le Burundi sur les questions de "désarmement, sécurité et l'état de droit".

Cette clause pouvait ouvrir la porte à un soutien gênant, selon Washington, car le gouvernement burundais a lancé une campagne de désarmement contre des partisans de l'opposition qui a été marquée par la violence.

La version finale de la résolution ne fait plus référence au "désarmement".

Elle prévoit notamment "le déploiement d'une contribution policière onusienne pour accroître la capacité des Nations unies à suivre la situation sécuritaire, promouvoir le respect des droits de l'homme et à faire avancer l'état de droit".

Mais elle ne précise pas l'ampleur de la force policière envisagée. Selon l'ambassadeur du Burundi auprès de l'ONU Albert Shingiro, entre 20 et 30 policiers pourraient être déployés en tant qu'"experts et observateurs".

"Pour le gouvernement, il est très important d'avoir une présence internationale à Bujumbura pour travailler en toute transparence", avait-il dit à des journalistes avant le vote.

Le Burundi est plongé depuis près d'un an dans une crise politique profonde, née de la volonté du président Pierre Nkurunziza de se maintenir au pouvoir pour un troisième mandat, qu'il a obtenu en juillet.

Les violences ont déjà fait plus de 400 morts et poussé plus de 250.000 personnes à quitter le pays.

AFP

Ses derniers articles: A Soweto, des PME du textile  Coupe des Confédérations: Allemagne-Cameroun, Löw indomptable  Tunisie: mort d'un policier grièvement brûlé dans des affrontements 

l'ONU

AFP

RDC: l'ONU va envoyer des experts pour enquêter sur les violences au Kasai

RDC: l'ONU va envoyer des experts pour enquêter sur les violences au Kasai

AFP

Centrafrique: l'ONU discute avec Brazzaville du retrait des soldats congolais

Centrafrique: l'ONU discute avec Brazzaville du retrait des soldats congolais

AFP

Libye: le Libanais Ghassan Salamé nommé envoyé de l'ONU

Libye: le Libanais Ghassan Salamé nommé envoyé de l'ONU

police

AFP

Tunisie: une police environnementale face

Tunisie: une police environnementale face

AFP

RDC: l'ex-chef de la police controversé élevé

RDC: l'ex-chef de la police controversé élevé

AFP

Côte d'Ivoire: la police arrête le porte-parole des ex-combattants

Côte d'Ivoire: la police arrête le porte-parole des ex-combattants

sécurité

AFP

Sahel: le Conseil de sécurité va voter sur la force anti-jihadiste

Sahel: le Conseil de sécurité va voter sur la force anti-jihadiste

AFP

Afrique: la sécurité alimentaire menacée par l'agrobusiness

Afrique: la sécurité alimentaire menacée par l'agrobusiness

AFP

ONU: La Côte d'Ivoire fière d'être élue au Conseil de sécurité "26 ans après"

ONU: La Côte d'Ivoire fière d'être élue au Conseil de sécurité "26 ans après"