mis à jour le

Centrafrique: si les faits étaient confirmés, "l'honneur de la France serait engagé" dit Hollande

Le président français François Hollande a déclaré vendredi à Washington que si les allégations "d'abus sexuels innommables" visant des soldats français engagés en Centrafrique étaient confirmées, "c'est l'honneur de la France qui serait engagé".

"On ne peut pas et je ne peux pas accepter qu'il y ait la moindre tache sur la réputation de nos armées, c'est-à-dire de la France", a insisté le chef de l'Etat et des armées lors d'une déclaration à la presse en marge d'un sommet sur la sûreté nucléaire.

"Ce serait l'honneur de la France qui serait engagé et c'est pourquoi la plus grande exigence de vérité et la plus grande affirmation du refus de toute impunité doivent être exprimées aujourd'hui par la voix du chef de l'Etat", a poursuivi François Hollande. 

"Des allégations ont été proférées sur des abus sexuels innommables auxquels se seraient livrés des éléments venant de l'opération Sangaris et des Nations unies", a-t-il rappelé.

François Hollande a également rappelé qu'il s'en était entretenu quelques minutes auparavant avec le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

"Nous avons exprimé notre volonté que toute la lumière soit faite, que la vérité puisse être établie et que la justice puisse être saisie et rendre, si les faits étaient confirmés, des sanctions exemplaires car il ne peut pas y avoir d'impunité", a-t-il insisté.

Ces sanctions seraient d'autant plus nécessaires selon lui que la France "a pour ses armées la plus grande reconnaissance et la plus grande estime".

"Nos armées ont fait un travail remarquable en Centrafrique", a ainsi souligné le président Hollande, affirmant que "grâce à elles et grâce aux Nations unies, des massacres ont pu être évités, la sécurité a pu être rétablie et des élections ont pu se tenir de manière transparente et pluraliste". 

"Je veux saluer l'opération Sangaris sans laquelle la Centrafrique serait aujourd'hui un champ de ruines", a-t-il ajouté.

Les autorités françaises ont été informées qu'une équipe de l'ONU avait reçu des rapports selon lesquels des soldats français de Sangaris auraient forcé des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux en échange d'une somme d'argent.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

France

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

RDC: la France suspend les adoptions

RDC: la France suspend les adoptions

AFP

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

Hollande

AFP

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

AFP

Gabon: Hollande "condamne les violences" et réclame la "transparence"

Gabon: Hollande "condamne les violences" et réclame la "transparence"

AFP

Hollande arrivé

Hollande arrivé