mis à jour le

Attentats de Paris: Salah Abdeslam a quitté l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles

Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris arrêté vendredi à Bruxelles, et un de ses complices ont été emmenés samedi matin hors de l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, où ils étaient soignés, a annoncé le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur sur son compte Twitter, sans préciser leur destination.

Les deux hommes avaient été légèrement blessés lors de leur arrestation vendredi dans la commune de Molenbeek à Bruxelles. Ils devraient être rapidement entendus par la police et un juge d'instruction.

"Les 2 présumés terroristes ont quitté le CHUStPierre Bravo et merci à tout le personnel de l'hôpital et aux forces de police", a annoncé M. Mayeur dans un message posté sur son compte Twitter en début de matinée.

Salah Abdeslam était recherché depuis quatre mois pour son implication dans les sanglants attentats de Paris et Saint-Denis qui ont fait 130 morts le 13 novembre.

Le président français François Hollande a dit vendredi s'attendre à ce que la Belgique l'extrade "le plus rapidement possible" vers la France.

Côté belge, cette extradition ne semble pas faire de doute: "C'est normal (...) que Salah soit extradé et que la justice française traite le cas", a déclaré le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon.

Un conseil de Défense présidé par François Hollande a débuté samedi à 10h00 à l'Elysée, au lendemain de l'arrestation de l'homme le plus recherché en Europe.

"L'objectif, à la suite de l'arrestation d'Abdeslam et de plusieurs de ses complices est de faire le point sur les opérations menées et sur la lutte contre les filières terroristes en France et en Europe", a-t-on indiqué dans l'entourage du chef de l'Etat. Participent notamment à cette réunion le Premier ministre Manuel Valls, les ministres Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Jean-Jacques Urvoas (Justice), Jean-Marc Ayrault (Affaires étrangères), ainsi que le chef d'état-major des Armées, Pierre de Villiers et les dirigeants des principaux services de sécurité français.

Les associations représentant les familles des victimes seront reçues lundi par le président François Hollande.

Salah Abdeslam est soupçonné d'avoir eu au moins un rôle-clé de logisticien dans ces attaques, revendiquées par le groupe Etat islamique (EI).

Quelques jours avant les attentats, il avait loué des voitures et plusieurs logements en région parisienne pour le commando.

Après avoir sans doute convoyé le soir des tueries les kamikazes du Stade de France, il avait abandonné une ceinture explosive dans le sud de la capitale française, appelé à la rescousse deux amis bruxellois et échappé à trois barrages policiers sur la route du retour vers Bruxelles.

Le complice arrêté en même temps que lui est connu sous les identités de Amine Choukri et Monir Ahmed Alaaj.

Il avait été contrôlé en compagnie de Salah Abdeslam à Ulm en Allemagne le 3 octobre 2015. Ses empreintes, relevées lors de ce contrôle, ont ensuite été retrouvées dans une maison utilisée par le groupe terroriste à Auvelais, dans la région de Namur (sud), qui a servi pour préparer les attentats de Paris.

AFP

Ses derniers articles: Foot: Rabah Madjer nouveau sélectionneur de l'Algérie  Kenya: l'opposition appelle  Ouganda: un homme tué lors d'échauffourées avec la police 

attentats

AFP

Somalie: les attentats les plus meurtriers depuis 2010

Somalie: les attentats les plus meurtriers depuis 2010

AFP

Nigeria: au moins 15 morts dans des attentats suicides

Nigeria: au moins 15 morts dans des attentats suicides

AFP

Nord-est du Nigeria: au moins 15 morts dans des attentats suicides

Nord-est du Nigeria: au moins 15 morts dans des attentats suicides

Bruxelles

AFP

RD Congo: hommage

RD Congo: hommage

AFP

Attentats : le suspect-clé Mohamed Abrini et quatre autres personnes arrêtés

Attentats : le suspect-clé Mohamed Abrini et quatre autres personnes arrêtés

AFP

Droits de l'Homme: l'UE invite le Burundi

Droits de l'Homme: l'UE invite le Burundi