mis à jour le

Niger: le candidat de l'opposition, malade et détenu, évacué vers la France

L'opposant Hama Amadou, malade, détenu depuis quatre mois et candidat au second tour de la présidentielle au Niger le 20 mars, est arrivé mercredi en fin de matinée à Niamey, en vue d'une évacuation vers la France, a indiqué l'opposition.

"L'hélicoptère qui l'a évacué de Filingué vient de se poser à l'aéroport de Niamey d'où il sera directement évacué sur Paris", a affirmé à l'AFP le porte-parole de la Copa (opposition), Ousseïni Salatou. Les autorités nigériennes n'ont pas encore confirmé l'information.

Lundi, Dr Harouna Yacouba, le médecin de M. Amadou, avait déclaré sur plusieurs télévisions privées que son patient avait été hospitalisé après "l'aggravation" de son état de santé à Filingué, localité où est située la prison où il est détenu.

Il a reçu les premiers soins dans "une salle aménagée" à l'hôpital de district de Filingué, en attendant son évacuation, a indiqué Marou Amadou, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Justice lors d'un point de presse mardi.

"Pour une maladie chronique" dont "souffre M. Amadou depuis trois ans", il faut "l'évacuer dans un centre spécialisé", or un tel centre "n'existe pas à Niamey", avait-t-il souligné.

Il a noté que le rapport d'une équipe de spécialistes dépêchée à Filingué a établi que l'opposant souffre de "fatigue générale".

"Le président de la République va faire venir un avion médicalisé" en vue de "l'évacuer vers un centre spécialisé" à l'étranger, a assuré le ministre, sans préciser les lieux de cette évacuation.

Selon Ousseïni Salatou, Hama Amadou sera "évacué à Paris", probablement à l'hôpital américain de Neuilly, où il a souvent séjourné pour se soigner.

Au premier tour de la présidentielle, le 21 février, M. Amadou a obtenu 17,79% des suffrages contre 48,41% au président sortant Mahamadou Issoufou. 

Le 2 mars, l'opposition a réclamé sa libération. La cour d'appel de Niamey rendra une décision le 28 mars. Il est poursuivi pour une affaire de trafic d'enfants. Le dossier est de "droit commun", selon le pouvoir, mais "politique" selon le candidat, ancien Premier ministre et ex-président de l'Assemblée. 

AFP

Ses derniers articles: Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef  Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen  Les musiciens Amadou et Mariam plus unis que jamais dans "La Confusion" 

candidat

AFP

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

Zimbabwe: Mugabe pourrait révéler le nom de son candidat préféré

AFP

Athlétisme: le Kenya bientôt candidat

Athlétisme: le Kenya bientôt candidat

AFP

Mondial-2026: le Maroc encore et toujours candidat

Mondial-2026: le Maroc encore et toujours candidat

France

AFP

La France et l'Allemagne déterminées

La France et l'Allemagne déterminées

AFP

Force anti-jihadiste au Sahel: la France "fait le point" avec ses alliés africains

Force anti-jihadiste au Sahel: la France "fait le point" avec ses alliés africains

AFP

Libye: la France va créer "dès cet été" des centres d'examen, annonce Macron

Libye: la France va créer "dès cet été" des centres d'examen, annonce Macron