mis à jour le

Des policiers inspectent la plage autour de l'hôtel l'Etoile du Sud, à Grand-Bassam lundi 14 mars. Photo: ISSOUF SANOGO/AFP
Des policiers inspectent la plage autour de l'hôtel l'Etoile du Sud, à Grand-Bassam lundi 14 mars. Photo: ISSOUF SANOGO/AFP

Facebook critiqué pour avoir activé son Safety Check en Turquie mais pas en Côte d'Ivoire

À l'inverse, les habitants d'Ankara ont bénéficié de ce service le même jour pour indiquer à leurs proches s'ils étaient en sécurité après un attentat à la bombe.

C'est une nouvelle polémique qui touche le Safety Check de Facebook. Ce service permet à un utilisateur d'indiquer à ses proches qu'il est en sécurité après un attentat ou une catastrophe naturelle. Dimanche 13 mars, alors que deux attentats terroristes ont touché la station balnéaire de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, où 16 personnes ont perdu la vie, et Ankara, où l'explosion d'une voiture piégée a tué 37 personnes, seuls les habitants de la capitale turque ont bénéficié du service Safety Check. Les internautes ivoiriens étaient eux oubliés, comme le rapporte le site d'informations Quartz.

Ce n'est pas la première fois que Facebook est critiqué pour une différence de traitement géographique de son service. Le 12 novembre, lorsqu'un attentat avait ensanglanté la capitale libanaise Beyrouth, où 43 personnes avaient trouvé la mort, le Safety Check n'avait pas été activé par le géant américain. Au contraire de ce qui s'était produit le lendemain, le 13 novembre, lors des attaques de Paris. 

Sur Facebook, de nombreux utilisateurs ivoiriens se sont émus de la différence de traitement entre la Turquie et la Côte d'Ivoire. «Une attaque terroristes a eu lieu dans mon pays la Côte d'Ivoire également. Vous devez activer Safety Check partout à chaque fois qu'une attaque terroriste se produit», a par exemple commenté Brahima Bilali en réponse à un post d'information de Facebook sur l'activation de Safety Check à Ankara. 

Facebook n'a pour le moment pas réagi à cette différence de traitement. Mais en novembre dernier, Mark Zuckerberg avait répondu personnellement aux critiques en déclarant que les équipes du réseau social «travaillaient dur pour aider les gens qui souffrent dans autant de situations que possible». Quelques jours après les attaques de Paris, Facebook avait activé Safety Check après une attaque terroriste de Boko Haram au Nigeria.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Aqmi

Terrorisme

Le chômage et la «défense de l'islam» poussent de jeunes sénégalais à la radicalisation

Le chômage et la «défense de l'islam» poussent de jeunes sénégalais à la radicalisation

AFP

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

Mali: Aqmi fournit une vidéo d'une otage suisse

Terrorisme

Le Mali annonce l'arrestation du cerveau de l'attaque du Radisson Hotel

Le Mali annonce l'arrestation du cerveau de l'attaque du Radisson Hotel

Facebook

Répression

Poster sur Facebook devient un crime sous l'état d'urgence en Ethiopie

Poster sur Facebook devient un crime sous l'état d'urgence en Ethiopie

Internet

Comment Facebook a offert une nouvelle vie à la langue peule

Comment Facebook a offert une nouvelle vie à la langue peule

Wildlife

Prudence, les braconniers utilisent les données GPS de vos photos en safari

Prudence, les braconniers utilisent les données GPS de vos photos en safari