mis à jour le

Sénégal: début de la campagne pour le référendum sur la réduction du mandat présidentiel

La campagne pour le référendum sur la révision constitutionnelle au Sénégal, qui prévoit notamment une réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans, a débuté samedi pour une semaine, une brièveté soulignée par l'ensemble des médias, plusieurs journaux titrant sur "sept jours chrono".

Le référendum sur ce projet de révision en quinze points est prévu le 20 mars, mais quelque 20.000 militaires étaient appelés à voter par anticipation samedi et dimanche à travers le pays.

Le président sénégalais Macky Sall a annoncé le 16 février la convocation de cette consultation, indiquant qu'après avis du Conseil constitutionnel, la disposition portant sur l'application immédiate du quinquennat au mandat en cours ne figurerait pas dans le projet, et qu'il irait donc jusqu'au bout de son septennat, en 2019.

Des mouvements citoyens font campagne pour le non, accusant le chef de l'Etat d'être revenu sur un engagement pris lors de sa campagne présidentielle en 2012, au cours de laquelle il l'avait emporté sur le sortant Abdoulaye Wade (2000-2012).

- Obligation de se "conformer" -

"Il y a beaucoup de points sur ces 15 points qu'on ne nous a pas bien expliqués", a déclaré à l'AFP Lamine Mbodj, militant de l'opposition, déplorant qu'il n'y ait "pas beaucoup de temps pour essayer de faire comprendre aux Sénégalais quel est exactement l'objectif de ce référendum".

Un cadre de la formation d'opposition "Grand parti", Mamadou Goumbala, a accusé le chef de l'Etat d'avoir "utilisé un subterfuge, un alibi pour dire que le Conseil constitutionnel lui a interdit cette réduction" immédiate de son mandat.

Selon un client du grand marché de Médina à Dakar, Ibrahima Guye, partisan du oui, "s'ils veulent sanctionner Macky Sall, c'est pendant les élections présidentielle ou législatives, c'est là qu'ils doivent sanctionner Macky Sall. Mais pas avec le référendum".

"Parce que les 15 points, ça nous arrange, c'est pas pour Macky Sall. C'est pour nous et pour les générations futures, donc on a besoin de ces 15 points", a-t-il ajouté.

M. Sall a affirmé avoir obligation de se "conformer à la décision du Conseil constitutionnel", citant l'article 92 de la Constitution selon lequel les décisions de cette juridiction "s'imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles".

Mais ses détracteurs affirment qu'il aurait pu organiser directement un référendum sans demander l'avis du Conseil constitutionnel ou démissionner au bout de cinq ans pour provoquer un nouveau scrutin présidentiel.

La question de la durée du mandat a pratiquement occulté les autres volets de la réforme, portant également sur les règles électorales, l'élargissement des pouvoirs de l'Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel.

AFP

Ses derniers articles: CAN-2017: le Ghana ne rate pas son rendez-vous avec les quarts  Avalanche en Italie: des migrants africains participent aux secours  Libye: l'Egypte oeuvre pour une "solution politique" 

campagne

AFP

Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale

Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale

AFP

Gambie: la campagne électorale, un rare moment de pluralisme

Gambie: la campagne électorale, un rare moment de pluralisme

AFP

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

référendum

AFP

Côte d'Ivoire: le Conseil constitutionnel valide le référendum

Côte d'Ivoire: le Conseil constitutionnel valide le référendum

AFP

Côte d'Ivoire: le président qualifie le référendum de "plébiscite"

Côte d'Ivoire: le président qualifie le référendum de "plébiscite"

AFP

Côte d'Ivoire: le taux de participation, la grande inconnue du référendum

Côte d'Ivoire: le taux de participation, la grande inconnue du référendum