mis à jour le

Le président angolais dos Santos annonce qu'il quittera la vie politique en 2018

Le président angolais José Eduardo dos Santos, au pouvoir sans discontinuer depuis 1979, a annoncé vendredi son intention de quitter la vie politique en 2018, après la fin de son actuel mandat.

"J'ai pris la décision de quitter la vie politique en 2018", a déclaré le chef de l'Etat de 73 ans devant le comité central de son parti, le MPLA. Son mandat actuel se termine en 2017, mais M. dos Santos n'a pas précisé pourquoi il comptait quitter la vie politique l'année suivante.

Il est le second plus ancien chef d'Etat au pouvoir en Afrique, devancé seulement par le dirigeant de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang Nguema, arrivé au pouvoir un mois avant lui en 1979.

Le comité central était réuni pour préparer le prochain congrès du parti, qui doit désigner un candidat pour la présidentielle de 2017.  

En juin dernier, le président avait indirectement abordé la question de sa succession, en déclarant notamment: "Il nous faut étudier très attentivement la façon de construire la transition", en appelant le MPLA à réfléchir à la nomination d'un candidat.

La Constitution angolaise ne prévoit pas d'élection présidentielle au suffrage universel, mais stipule que le président du parti vainqueur des législatives devient automatiquement chef de l'Etat.

En presque 37 ans de pouvoir, M. dos Santos a largement muselé son opposition. En tant que chef de l'Etat, il est aussi le chef des armées, du gouvernement, de la police et il nomme les principaux juges, ce qui lui donne un contrôle quasi-total sur l'appareil d'Etat.

L'Angola, riche d'immenses réserves pétrolières, traverse une crise économique aigüe depuis quelques mois en raison de la chute des cours de l'or noir.

AFP

Ses derniers articles: Coupe des Confédérations: Achille le chat remplace Paul le Poulpe  Le sud-est du Nigeria toujours noyé sous l'or noir, malgré les promesses  Côte d'Ivoire: Brouteurs.com, les arnaques en série 

2018

AFP

Zimbabwe: Mugabe, 92 ans, investi pour la présidentielle de 2018

Zimbabwe: Mugabe, 92 ans, investi pour la présidentielle de 2018

AFP

RDC: accord pour un report de la présidentielle

RDC: accord pour un report de la présidentielle

AFP

Le Japon s'engage

Le Japon s'engage

politique

AFP

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

Zimbabwe: un mariage politique de raison pour battre Mugabe

AFP

Mozambique: bataille politique autour de la dette cachée

Mozambique: bataille politique autour de la dette cachée

AFP

Mohammed VI

Mohammed VI

président

AFP

Bénin: les réformes économiques du président Talon suscitent critiques et inquiétudes

Bénin: les réformes économiques du président Talon suscitent critiques et inquiétudes

AFP

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

AFP

En Zambie, l'inquiétante dérive du président Lungu

En Zambie, l'inquiétante dérive du président Lungu