mis à jour le

Des forces de sécurité tunisiennes après les combats dans la ville de Ben Guerdane, le 7 mars 2016. Crédit photo: FATHI NASRI
Des forces de sécurité tunisiennes après les combats dans la ville de Ben Guerdane, le 7 mars 2016. Crédit photo: FATHI NASRI

À la frontière tunisienne, une attaque de grande ampleur était redoutée depuis des mois

Des hommes armés venus de Libye ont pris d'assaut la ville de Ben Guerdane dans l'est de la Tunisie lundi 7 mars à l'aube. Les combats ont fait au moins 40 morts.

Touchée par trois attentats revendiqués par le groupe terroriste Etat islamique en 2015, la Tunisie craignait depuis plusieurs mois une nouvelle attaque de grande ampleur sur son sol. C'est ce qui est arrivé lundi 7 mars dans la ville de Ben Guerdane, dans l'est du pays à proximité de la frontière libyenne. Selon Associated Press, des combats ont eu lieu entre les forces de police et des hommes armés non identifiés. Au moins 40 personnes sont décédées selon les autorités, dont sept civils.

À lire aussi: Comment la Tunisie est devenue un foyer de recrutement pour l'EI

Les assaillants ont attaqué un poste de police et des installations militaires à l'aube dans cette ville frontalière. Des habitants ont affirmé à Reuters que les combattants se réclamaient du groupe terroriste Etat islamique.

Un mode opératoire qui est loin d'être une première: des heurts armés entre djihadistes et militaires tunisiens éclatent régulièrement depuis plusieurs mois dans l'est de la Tunisie. Mais il s'agit de la première attaque d'une si grande ampleur.

«Le scénario est toujours le même. À bord de voitures 4×4, des hommes armés franchissent la frontière entre la Libye et la Tunisie de nuit et ciblent au petit matin des institutions sensibles, tels des hôpitaux et des bâtiments sécuritaires», explique l'hebdomadaire Jeune Afrique.

«On s’attendait à une attaque de ce type, a indiqué Leïla Chettaoui, députée à l’Assemblée tunisienne et membre de la commission de la défense et de la sécurité, au journal Le Monde. C’est le message que nous transmettaient les militaires.»

Une région oubliée

Mais contrairement aux attaques terroristes qui ont touché des lieux touristiques au musée du Bardo le 18 mars 2015, puis sur une plage de la station balnéaire de Sousse le 26 juin 2015, les attaques à répétitions de djihadistes contre les forces tunisiennes et des civils dans le centre et l'est du pays ne soulèvent pas le même émoi.

Le site Rue89 racontait comment l'assassinat d'un jeune berger dans la région du mont Mghila, le 13 novembre 2015, avait été passé sous silence par les autorités tunisiennes. 

«C’est la Tunisie profonde, de là où est partie la révolution. La Tunisie trop profonde aux yeux du gouvernement, où des populations sont éparpillées ici et là, dans des zones où il n’y a quasiment rien», écrivait Ramses Kefi, l'auteur de l'article.

La Tunisie a besoin d'aide

À Ben Guerdane, une précédente attaque menée par des combattants djihadistes avait même eu lieu il y a quelques jours à peine. Mercredi 2 mars, cinq extrémistes venus de Libye retranchés dans une maison ont été abattus lors d’une opération menée par les forces de sécurité à Ben Guerdane dans laquelle un civil a été tué par une balle perdue, rappelle l'AFP. Au moins quatre des extrémistes étaient de nationalité tunisienne.

Mais la Tunisie peut difficilement régler par elle-même la question de la Libye. «Cette attaque démontre encore plus l'urgence qu'il y a à trouver une solution politique au problème libyen», a ainsi déclaré le ministre de l'Intérieur Yasser Mosbah à Associated Press. Une déclaration qui ressemble à un appel à l'aide lancé à la communauté internationale. «Il est temps pour la communauté internationale de coordonner ses efforts et de faire tout ce qu'elle peut pour fournir à la Tunisie l'aide dont elle a besoin», écrivait il y a quelques semaines l'analyste Christian Caryl sur le site Foreign Policy. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

Djihadistes

Opération Barkhane

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Egypte

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Libye

Benghazi la maudite

Benghazi la maudite

Etat islamique

Terrorisme

L'Etat islamique menace l'Algérie

L'Etat islamique menace l'Algérie

Egypte

L'amour déçu des coptes pour le président al-Sissi

L'amour déçu des coptes pour le président al-Sissi

Zone de guerre

En Libye, les Américains sont toujours présents mais sans le dire vraiment

En Libye, les Américains sont toujours présents mais sans le dire vraiment