mis à jour le

Arrivée d'Omar el-Béchir à l'aéroport de Pékin, le 28 juin 2011. Crédit photo: LIU JIN / AFP
Arrivée d'Omar el-Béchir à l'aéroport de Pékin, le 28 juin 2011. Crédit photo: LIU JIN / AFP

Sous mandat d'arrêt international, le président soudanais a voyagé dans 21 pays en sept ans

Un bel exemple d'impunité.

C'est une date d'anniversaire que les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ne veulent sans doute pas fêter au champagne. Ce 4 mars 2016, cela fait pile sept ans que la CPI, qui juge les responsables de crimes de guerre et crimes contre l'humanité à travers le monde – mais un peu plus souvent en Afrique qu'ailleurs – a émit un mandat d'arrêt international contre le chef d'Etat soudanais Omar el-Béchir. 

À lire aussi: Mauvaise nouvelle, la mort d'un dictateur est rarement suivie d'une transition démocratique

Mais à en croire le site Quartz, le dictateur, accusé d'avoir joué un rôle déterminant dans les massacres commis dans la région du Darfour, n'a pas trop souffert de ce mandat d'arrêt international. 

Omar el-Béchir a ainsi voyagé librement à 74 reprises dans 21 pays depuis l'émission d'un mandat contre sa personne, il y a sept ans. Au rayon des pays les plus accueillants, l'Ethiopie où il s'est rendu à 19 reprises, l'Arabie Saoudite (10 visites) et le Qatar (8 fois). La plupart des Etats visités pendant el-Béchir ne sont pas des signataires de la CPI. 

À lire aussi: Ce que l'affaire Omar el-Béchir révèle de l'impuissance de la CPI

Cependant, nous vous avions raconté sur Slate Afrique comment le dictateur soudanais n'avait pas été inquiété par la justice sud-africaine lors d'un déplacement à Johannesburg en juin – et ce alors que l'Afrique du Sud adhère à la CPI. 

«L'avion du chef d'Etat soudanais a redécollé lundi matin, sans même attendre que le tribunal de Pretoria ne statue sur l’affaire. La justice, saisi par une ONG, avait pourtant rendu un jugement demandant au gouvernement sud-africain d’empêcher Omar el-Béchir de quitter le territoire national tant que la justice sud-africaine ne s'était pas prononcée sur la demande d’arrestation du président soudanais formulée par la CPI», écrivions-nous

Sur son compte Twitter, Sébastien Hervieu, journaliste à Le Monde, avait décrit la faillite des autorités sud-africaines.

Les nombreux voyages du dictateur ont été rendus possible à travers le continent africain grâce à la protection de l'Union africaine, rapporte le site Quartz. Au Moyen-Orient, l'autre unique aire géographique où il a voyagé (en Iran, Irak, Arabie Saoudite et Qatar) en dehors de l'Afrique, exception faite de l'Inde, el-Béchir était également sous la protection des chefs d'Etats de la région. Facile à comprendre quand les investissements de l'Arabie Saoudite au Soudan en janvier 2016 ont par exemple dépassé la barre des 11 milliards de dollars, ajoute Quartz.

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

dictateur

AFP

Le dictateur tchadien Habré versera jusqu'

Le dictateur tchadien Habré versera jusqu'

C'est qui le patron?

«Veux-tu que je te frappe?», a lancé Mugabe à un journaliste qui l'interviewait

«Veux-tu que je te frappe?», a lancé Mugabe à un journaliste qui l'interviewait

AFP

Libye: fief du dictateur Kadhafi, Syrte est devenue le sanctuaire jihadiste de l'EI

Libye: fief du dictateur Kadhafi, Syrte est devenue le sanctuaire jihadiste de l'EI

Omar el-Béchir

Justice internationale

Pourquoi l'Afrique du Sud a tort de vouloir quitter la CPI

Pourquoi l'Afrique du Sud a tort de vouloir quitter la CPI

Coup de force

Le Soudan a t-il fait du chantage en encerclant des troupes sud-africaines?

Le Soudan a t-il fait du chantage en encerclant des troupes sud-africaines?

Afrique du Sud

Ce que l'affaire Omar el-Béchir révèle de l'impuissance de la CPI

Ce que l'affaire Omar el-Béchir révèle de l'impuissance de la CPI