mis à jour le

Un portrait d'al-Sissi, le 27 mars 2014 dans une rue du Caire. Crédit photo: KHALED DESOUKI / AFP
Un portrait d'al-Sissi, le 27 mars 2014 dans une rue du Caire. Crédit photo: KHALED DESOUKI / AFP

Les autorités égyptiennes veulent punir les parents des terroristes

Le ministre égyptien de la Justice a fait cette annonce, surprenante, lors d'un déplacement au Koweït le 1er mars.

Depuis l'arrivée au pouvoir d'al-Sissi au pouvoir, l'Egypte assiste au retour d'un régime autoritaire qui jette des centaines d'opposants en prison, interdit tout rassemblement en mémoire des cinq ans de la révolution de 2011 et réduit au silence tout un pan de la presse. La justification pour expliquer ce rétablissement d'un Etat policier? La lutte anti-terroriste. 

À lire aussi: Comme dans «1984», l'Etat égyptien veut effacer la révolution des mémoires

«La situation des droits humains s'est dégradée de manière continue et dramatique après la destitution du président Mohamed Morsi, en juillet 2013. Le gouvernement a imposé des restrictions sévères à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Des milliers de personnes ont été arrêtées et placées en détention lors d'une vague de répression qui s'est abattue sur l'opposition; certaines ont été soumises à une disparition forcée», affirmait l'ONG Amnesty International dans son dernier rapport sur les droits humains dans le pays

Complices d'un crime

Dans le Sinaï, où elle combat des terroristes qui ont prêté allégeance à l'Etat islamique, l'armée égyptienne a imposé un black-out total. De nombreuses violations des droits de l'homme et des arrestations arbitraires ont été rapportées par des témoins. 

À lire aussi: Ironie de l’histoire: le tourisme au Sinaï est né après une vague d’attentats

Et mardi 1er mars, le ministre de la Justice égyptien a annoncé sa volonté d'effectuer encore un tour de vis supplémentaire dans la radicalité de la lutte contre le terrorisme. Comme le rapporte le site Egyptian Streets, le ministre Ahmed al-Zend a proposé d'amender, «la déjà très controversée loi anti-terrorisme dans le but d'autoriser les poursuites de parents de jeunes délinquants qui rejoignent des organisations terroristes».

«Le ministre de la Justice égyptien propose un amendement de la loi anti-terrorisme qui pourrait la rendre encore plus draconienne».

Le ministre de la Justice a fait cette annonce lors d'un déplacement au Koweit. «Ceux qui laissent leur fils, ou n'importe qui sous leur autorité, partir, seront considérés comme complices d'un crime», a t-il déclaré. Ahmed al-Zend a ajouté qu'une telle mesure permettrait de rendre les parents plus responsables et que par conséquent cela réduirait dans le futur le nombre de terroristes égyptiens. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

al-Sissi

AFP

Al-Sissi tente d'étendre l'influence de l'Egypte en Afrique

Al-Sissi tente d'étendre l'influence de l'Egypte en Afrique

Etat policier

Sans honte, la justice égyptienne dénonce les crimes policiers aux Etats-Unis

Sans honte, la justice égyptienne dénonce les crimes policiers aux Etats-Unis

Politique

Comment les activistes égyptiens s'organisent face à la «répression préventive»

Comment les activistes égyptiens s'organisent face à la «répression préventive»

Sinaï

AFP

Deuil national en Egypte après le carnage dans une mosquée du Sinaï

Deuil national en Egypte après le carnage dans une mosquée du Sinaï

AFP

Au moins 184 morts dans l'attaque d'une mosquée au Sinaï égyptien

Au moins 184 morts dans l'attaque d'une mosquée au Sinaï égyptien

AFP

Les forces égyptiennes tuent plus de 40 extrémistes dans le Sinaï

Les forces égyptiennes tuent plus de 40 extrémistes dans le Sinaï

terrorisme

AFP

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Burkina et Côte d’Ivoire veulent lutter "ensemble" contre le terrorisme

Djihadisme

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Au Mali, l'armée française ne comprend pas que la rébellion islamiste est ancrée dans la population

Terrorisme

L'Etat islamique menace l'Algérie

L'Etat islamique menace l'Algérie