mis à jour le

Soudan du sud: les deux camps "traînent des pieds" pour faire la paix

La situation au Soudan du Sud se détériore après deux ans de guerre et les deux camps rivaux "traînent des pieds pour appliquer" un accord de paix, a déploré mercredi le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU.

"La situation économique et humanitaire est catastrophique et continue de s'aggraver, c'est lamentable", a déclaré Hervé Ladsous à des journalistes.

"Des dizaines de milliers de gens sont morts, nous avons perdu le compte, et deux millions environ ont été chassés de chez eux", a-t-il ajouté, en accusant le président Salva Kiir et son rival Riek Machar de "prolonger les souffrances de la population".

"Cela doit cesser et la priorité doit être de faire la paix et de reconstruire le paix", a-t-il affirmé.

Selon un haut responsable de l'ONU, il est temps d'envisager d'imposer un embargo sur les armes à destination du Soudan du Sud, où la guerre civile a fait "50.000 morts, peut-être plus" et où "la famine menace".

Un groupe d'experts de l'ONU a recommandé récemment au Conseil de sécurité de sanctionner le président Salva Kiir, le chef des rebelles Riek Machar et deux responsables militaires, ainsi que d'imposer un embargo sur les armes.

Mais la Russie, membre permanent du Conseil avec droit de veto, estime que sanctionner les dirigeants sud-soudanais serait contre-productif et que l'embargo favoriserait les rebelles car il est plus facile de contrôler la livraison d'armes au gouvernement.

L'ambassadeur angolais Ismael Gaspar Martins, qui vient de prendre la présidence tournante du Conseil pour le mois de mars, a estimé lors d'une récente conférence de presse qu'il fallait encore laisser du temps aux deux dirigeants rivaux. "Notre message commence à être entendu", a-t-il estimé. "Peut-être n'y aura-t-il pas besoin d'un embargo sur les armes ou de sanctions ciblées".

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé jeudi dernier les belligérants au Soudan du Sud à faire preuve de "responsabilité" et à appliquer l'accord de paix signé en août 2015.

"Le gouvernement du Soudan du Sud doit exercer pleinement sa responsabilité et protéger sa population", a-t-il déclaré à l'issue d'une brève visite au cours de laquelle il a notamment rencontré M. Kiir.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

camps

AFP

Migrants: la Libye opposée

Migrants: la Libye opposée

AFP

Pas de reprise des discussions sur le Burundi mercredi

Pas de reprise des discussions sur le Burundi mercredi

AFP

RDC: l'ONU va devoir cesser de nourrir 7.000 ex-rebelles dans les camps

RDC: l'ONU va devoir cesser de nourrir 7.000 ex-rebelles dans les camps

paix

AFP

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

AFP

Centrafrique: désarmer et juger, deux écueils pour la paix

Centrafrique: désarmer et juger, deux écueils pour la paix

Be safe

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Soudan

AFP

Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud

Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud

AFP

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

AFP

Le Soudan du Sud accepte le déploiement d'une force régionale

Le Soudan du Sud accepte le déploiement d'une force régionale