mis à jour le

Des Tunisiens se recueillent le 17 décembre 2015 à Sidi Bouzid à l'occasion du 5e anniversaire de la mort de Bouazizi. Photo AFP
Des Tunisiens se recueillent le 17 décembre 2015 à Sidi Bouzid à l'occasion du 5e anniversaire de la mort de Bouazizi. Photo AFP

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

Des dizaines de jeunes se sont immolés en 2015, mais ils ne récoltent plus la compassion.

En Tunisie, Mohamed Bouazizi est un héros au destin tragique. Le vendeur ambulant de fruits et légumes, symbole d'une jeunesse désabusée, s'était immolé par le feu en décembre 2010 – avant de décéder de ses blessures – pour dénoncer la politique de l'Etat tunisien et dont l'acte a été le point de départ de la révolution tunisienne. 

À lire aussi: La corruption, le fruit pourri qui révolte la jeunesse de Kasserine

Un peu plus de cinq ans après, le pays a changé de visage. Ben Ali a été chassé du pouvoir, un régime démocratique a émergé malgré les troubles sécuritaires et sociaux qui continuent de secouer le pays. Mais une large partie de la jeunesse – et plus généralement de la population – est toujours confrontée au chômage et à la misère.

Et pour manifester leur désespoir, certains reproduisent le geste tragique de Mohamed Bouazizi. Selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, 105 personnes se sont immolées en 2015, dont 56 sont âgés de 16 à 35 ans.

Mais la société tunisienne ne voit plus forcément en eux des «héros», affirme le site tunisien Nawaat

«Si tu es un homme, fais comme Bouazizi»

«Les jeunes doivent arrêter de faire ce chantage suicidaire! Celui qui veut mettre fin à sa vie, qu’il le fasse chez lui et pas sur la place publique!» a osé une journaliste sur le plateau d’un talk show, rapporte Nawaat. «Si tu es un homme, fais comme Bouazizi et montre nous ton courage!», avait lancé de manière tout aussi cruelle un policier à un vendeur ambulant en 2014.

Le docteur Messadi du service des grands brûlés de l'hôpital de Ben Arous explique également à Nawaat que «cette illusion de devenir héros, de trouver un travail et de sauver sa famille de la misère. Il faut leur dire que rien de tout ça n’est vrai. La personne qui le fait, se trouve après, dans une situation encore plus dramatique.»

Malgré la stigmatisation, le nombre de suicides politiques est en forte hausse en Tunisie. Et le pays ne sait pas quelle place donnée à ces victimes. 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Bouazizi

Tawa fi Tunis

En Tunisie, c'est encore pire qu'avant

En Tunisie, c'est encore pire qu'avant

immolation

LNT

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Actualités

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

Actualités

Sidi Bouzid : Nouvelle immolation par le feu

Sidi Bouzid : Nouvelle immolation par le feu

printemps arabe

Après le Printemps Arabe

Le réveil des sociétés civiles au Maghreb est une promesse pour l'avenir

Le réveil des sociétés civiles au Maghreb est une promesse pour l'avenir

Mouvement social

Le Maroc n'est pas au bord d'une révolution, mais le roi doit écouter le peuple

Le Maroc n'est pas au bord d'une révolution, mais le roi doit écouter le peuple

Politique

Le Maroc, royaume de la stabilité cinq ans après le Printemps arabe

Le Maroc, royaume de la stabilité cinq ans après le Printemps arabe