mis à jour le

Afrique du Sud: une femme jugée pour avoir kidnappé un bébé il y a 18 ans

Une femme comparaît lundi devant le tribunal du Cap (sud), accusée d'avoir kidnappé un bébé il y a 18 ans dans une maternité et confondue l'an dernier par la famille biologique de l'adolescente, une affaire qui a défrayé la chronique en Afrique du Sud.  

Elle est jugée pour enlèvement, fraude et infraction à la loi sur les enfants car elle a frauduleusement prétendu être la mère biologique de l'enfant. Elle encourt une peine de cinq ans de prison mais le parquet a fait savoir qu'un arrangement pourrait être trouvé si les deux familles s'entendent.

Cette femme âgée de 50 ans, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a été interpellée en mars 2015, soupçonnée d'avoir enlevé un bébé de trois jours, nommé Zephany, en avril 1997 dans la maternité Groote Schuur du Cap.

Des lycéens avaient remarqué une troublante ressemblance entre Zephany, qui entrait alors en classe de terminale, et Cassidy Nurse, une nouvelle élève de son établissement du Cap, plus jeune qu'elle. 

Celeste et Morne Nurse, les parents de cette nouvelle élève qui n'avaient jamais abandonné l'espoir de retrouver Zephany et fêtaient chaque année son anniversaire, avaient alors alerté la police.

Des tests ADN ont permis d'établir que les deux jeunes filles étaient effectivement soeurs et que Zephany était bien le bébé kidnappé. Sans le savoir, les deux familles habitaient à quelques kilomètres l'une de l'autre.

- Enfance heureuse -

Selon la presse sud-africaine, la jeune fille, qui aura 19 ans en avril, aurait vécu une enfance heureuse et aurait toujours cru que ses parents "adoptifs" étaient sa vraie famille.

L'affaire avait fait les gros titres en Afrique du Sud, l'année dernière. Un livre a même été publié en août dernier, intitulé "Une maison pour Zephany", dans lequel l'auteur Heindrich Wyngaard raconte cette histoire insolite.  

Zephany avait été placée dans un foyer au moment où sa véritable histoire a été révélée. On ignore où elle se trouve actuellement, mais il est impossible qu'elle soit avec sa mère "adoptive".

Cette dernière, remise en liberté contre une caution de 5.000 rands (285 euros), n'a pas le droit d'entrer en contact avec les témoins potentiels de l'accusation dont Zephany mais aussi son mari font partie.  

Depuis que l'affaire a éclaté, Zephany a demandé à être tenue à l'écart de la tempête médiatique, selon le porte-parole de services sociaux, interrogé par l'AFP.

Dans un communiqué lu par son avocat peu après l'incroyable découverte, elle affirmait "aller bien", malgré les circonstances et souhaitait remercier "tout ceux qui m'ont soutenu, en priant pour moi et en continuant à me rechercher".

Ses parents biologiques ont affirmé de leur côté que leur joie de l'avoir retrouvée surpassait tout désir de revanche. 

Selon les médias sud-africains, l'accusée avait fait plusieurs fausses couches avant d'enlever Zephany. 

AFP

Ses derniers articles: En Egypte, des "squatteurs" chassés de chez eux par l'Etat  Zimbabwe: levée de boucliers contre les nouveaux pouvoirs judiciaires de Mugabe  RDC : l'ONU nomme ses experts pour le Kasaï sous le regard de Kinshasa 

Afrique

AFP

Afrique du Sud: légère baisse du nombre de rhinocéros tués

Afrique du Sud: légère baisse du nombre de rhinocéros tués

AFP

Canal+ lance une chaîne de sport en Afrique

Canal+ lance une chaîne de sport en Afrique

AFP

Afrique du Sud: une petite enclave blanche va lancer son bitcoin

Afrique du Sud: une petite enclave blanche va lancer son bitcoin

bébé

AFP

Algérie: 2 ans ferme pour avoir mis en danger un bébé sur Facebook

Algérie: 2 ans ferme pour avoir mis en danger un bébé sur Facebook

AFP

Attentat au Nigeria: une kamikaze portait un bébé sur son dos

Attentat au Nigeria: une kamikaze portait un bébé sur son dos

AFP

Effondrement d'un immeuble

Effondrement d'un immeuble

femme

AFP

Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030

Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030

AFP

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président

Ouganda: une universitaire arrêtée pour avoir critiqué la femme du président

AFP

Fatma Samoura, première femme secrétaire générale de la Fifa: "Le plafond de verre tombe"

Fatma Samoura, première femme secrétaire générale de la Fifa: "Le plafond de verre tombe"