mis à jour le

Tunisie: l'état d'urgence prolongé d'un mois

La Tunisie a annoncé dimanche la prolongation d'un mois de l'état d'urgence réinstauré dans tout le pays en novembre, après un attentat-suicide contre la garde présidentielle en plein Tunis.

"Après avoir consulté le chef du gouvernement et le président de l'Assemblée des représentants du peuple sur les questions en lien avec la sécurité nationale, surtout la situation aux frontières et dans la région, le président de la république a décidé de prolonger l'état d'urgence d'un mois à partir du 22 février 2016", a annoncé la présidence dans un communiqué sur sa page officielle sur Facebook.

Le président Béji Caïd Essebsi avait proclamé l'état d'urgence dans tout le pays et un couvre-feu dans le Grand Tunis le 24 novembre, dans la foulée de l'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) contre un bus de la sécurité présidentielle, qui avait fait 12 morts.

Si le couvre-feu a été rapidement levé, l'état d'urgence a lui été prolongé en décembre de deux mois, jusqu'au 21 février.

La Tunisie a été frappée en 2015 par trois attentats majeurs revendiqués par l'EI. Outre l'attentat contre les agents de la garde présidentielle, 59 touristes et un policier ont été tués en mars dans une attaque au musée du Bardo et dans un attentat en juin sur une plage et dans un hôtel près de Sousse (est).

L'état d'urgence permet notamment aux autorités d'interdire les grèves et les réunions "de nature à provoquer ou entretenir le désordre", de fermer provisoirement "salles de spectacle et débits de boissons" ainsi que de "prendre toute mesure pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature".

Début octobre, la Tunisie avait levé l'état d'urgence imposé quelques jours après l'attentat de Sousse qui avait fait 38 morts, tous des touristes étrangers, le 26 juin.

Les Tunisiens ont déjà vécu plus de trois ans sous état d'urgence, du 14 janvier 2011, quelques heures avant la fuite du dictateur Zine El Abidine Ben Ali, à mars 2014.

La Tunisie fait face depuis sa révolution en 2011 à un essor de la mouvance jihadiste et des milliers de Tunisiens se trouvent en Irak, en Syrie et en Libye dans les rangs de groupes extrémistes. D'après les autorités, les auteurs des attaques du Bardo et de Sousse ont été formés au maniement des armes en Libye.

Vendredi, des avions de combat américains ont mené un raid contre un camp d'entraînement de l'EI en Libye. Selon un responsable libyen, la plupart des 49 personnes tuées étaient "arrivées il y a un mois de Tunis, ou peut-être moins". 

A Washington, un responsable militaire américain a affirmé que le raid avait "probablement provoqué la mort du cadre opérationnel de l'EI Noureddine Chouchane", Tunisien de 36 ans soupçonné d'être derrière les attentats du Bardo et de Sousse. 

Plusieurs ONG tunisiennes et internationales ont appelé les autorités à garantir les droits de l'Homme malgré cette situation d'exception, notamment après des centaines de descentes policières souvent musclées.

"On demande aujourd'hui aux Tunisiens de choisir entre la sécurité et les droits et libertés, mais ils veulent les deux", avait plaidé Amnesty International.

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

prolonge

AFP

Tunisie: l'état d'urgence prolongé de trois mois

Tunisie: l'état d'urgence prolongé de trois mois

AFP

Tunisie: l'état d'urgence prolongé de deux mois

Tunisie: l'état d'urgence prolongé de deux mois

AFP

L'ONU prolonge sa mission au Darfour malgré l'opposition du Soudan

L'ONU prolonge sa mission au Darfour malgré l'opposition du Soudan